L’opération de nettoyage « coup de poing » annoncée la semaine dernière pour juin, lors d’une réunion publique à Triel-sur-Seine par l’association World cleanup day France, n’aura finalement pas lieu. La communauté urbaine Grand Paris Seine et Oise (GPSEO), qui l’envisageait dimanche 10 juin, a finalement indiqué à l’association son refus. Elle considère en effet que les différentes contraintes liées à l’opération ne pourront être résorbées dans un délai jugé trop court.

GPSEO suggère d’accompagner la mobilisation mondiale du 15 septembre, mais les responsables de l’association préviennent qu’ils ne pourront y accorder les mêmes moyens qu’en juin. « Là, on pouvait se mobiliser massivement et fédérer une partie des partenaires sur la plaine, ce qui ne sera pas possible le 15 septembre », indique ainsi Virginie Guérin, vice-présidente de World cleanup day France.

« Ce ne veut pas dire qu’il ne se passera rien le 15 septembre, le maire (de Carrières-sous-Poissy, Christophe Delrieu, Ndlr) indique d’ailleurs qu’il ne fermera pas la porte, poursuit-elle. Mais ça dépendra du collectif de citoyens qui pourra se mobiliser et des acteurs locaux. » Pour l’instant, dans le département, un premier groupe local a été mis en place à Saint-Quentin-en-Yvelines. Un autre suivra-t-il pour se charger de la plaine constellée de déchets, à cheval sur les communes de Triel-sur-Seine, Chanteloup-les-Vignes et Carrières-sous-Poissy ?