En avril, le gouvernement annonce qu’il souhaite fermer les Centres d’information et d’orientation (CIO), pour transférer leurs agents au sein des établissements scolaires dans le cadre d’une régionalisation. A Mantes-la-Jolie, le CIO compte 14 agents dont 11 psychologues (il existe également un CIO à Poissy et un aux Mureaux, Ndlr). Face à ces fermetures annoncées, une partie des agents mantais se sont mis en grève et ont manifesté mardi 22 mai, proposant une réunion d’information publique le lendemain.

Symbole du manque de considération du public pour ces structures de l’Education nationale, ou « du beau temps » qui « incite à d’autres occupation », comme le glisse un des agents devant le CIO ? Toujours est-il qu’hors d’une conseillère principale d’éducation, d’un délégué syndical et du conseiller d’opposition Marc Jammet (PCF), personne n’est venu mercredi après-midi, malgré les nombreux tracts déposés sous les pare-brises lors de la manifestation de la veille.

Mardi, dans le cadre de l’appel à manifester pour le service public, le cortège mantais s’est en effet concentré sur la fermeture annoncée du CIO, le cortège s’arrêtant devant les locaux le temps de quelques discours. Certains de ces agents de l’Education nationale (qui ont tous souhaité rester anonymes, aucun d’eux n’étant délégué syndical, Ndlr) dénoncent le manque d’information, et pointent la nécessité d’une structure d’accueil physique hors des établissements.

Mardi, dans le cadre de l’appel à manifester pour le service public, le cortège mantais s’est concentré sur la fermeture annoncée du CIO, le cortège s’arrêtant devant les locaux

Le conseil régional d’Île-de-France, par la voix de sa présidente Valérie Pécresse (LR) en avril, a indiqué ne pas souhaiter le rattachement des psychologues de l’Education nationale à la Région, mais plutôt « positionner le service d’orientation en-dehors des établissements, avec l’aide de start-up et des professionnels de l’orienation ». Elle annonce également vouloir « expérimenter les regroupements des missions locales et des CIO en lien avec les mairies ».

« A Mantes-la-Jolie, on reçoit beaucoup de jeunes déscolarisés, commente un des agents mantais lors de la manifestation. Depuis le début de l’année, plus de 200 jeunes sont passés par le CIO avec cette demande-là. » Ils précisent recevoir au total environ 4 000 personnes par an, soit un tiers de leurs temps de travail, dans leurs locaux mantais, le reste de leur temps étant consacré aux visites dans les établissements scolaires.

« Ce qui est dommage est qu’il n’y a peut-être pas assez de conscience de ce que nous faisons », regrette une autre. « Le CIO est un lieu de mutualisation, un lieu-ressource, un lieu d’équipe, détaille un troisième agent. Ca nous permet de transférer nos compétences dans les établissements, mais aussi d’échanger. Par exemple, on a des discussions sur les procédures d’affectation de Parcoursup, et on fait ici une formation des professeurs principaux. »