L’assemblée générale de l’association Déclic, qui gère un accueil de jour à Mantes-la-Jolie à destination des personnes à la rue (voir La Gazette du 18 avril), s’est tenue jeudi dernier. Pour ses membres, cette réunion est l’occasion de faire un point sur la situation, dans un contexte de baisse de subventions.

« Au 31 décembre, nous avions comptabilisé 279 nouveaux arrivants », détaille Philippe Langonné, le directeur de l’association. Un chiffre stable comparé aux années précédentes. « En général, nous tournons autour de 300 », précise-t-il.

Mais l’association note aussi que ces nouveaux arrivants sont bien plus jeunes que lors des années précédents. « Leur âge est compris entre 30 et 40 ans, alors qu’avant 2010, il y avait beaucoup plus de jeunes », ajoute Philippe Langonné. Mais une fois suivies, ces personnes continuent de venir. « On fidélise des personnes qui vieillissent », note le directeur de l’association de la moyenne d’âge, plus globale, des personnes accueillies dans ses locaux.

L’année 2010 semble également être une année charnière dans la féminisation du public accueilli, sans pour autant avoir d’explications. « Sur les 279 nouveaux arrivants, 88 sont des femmes », fait remarquer Philippe Langonné.