« Il faut le lancer là, sinon, ce n’est pas la peine. » Ce mercredi 20 juin, le maire sans étiquette de Fontenay-Mauvoisin, Dominique Josseaume, a un rendez-vous un peu particulier. Dans les locaux d’Imprimea, à Rosny-sur-Seine, il présente une ébauche de son futur bulletin municipal. Promesse de campagne en 2014, l’élu a tenté plusieurs fois de le relancer, et espère que cette fois-ci sera la bonne.

Demandes de ses administrés et besoin de diffuser l’information communale sont autant de raisons pour l’édile de persévérer. « C’est quelque chose que j’avais promis, mais ça a toujours capoté », explique le premier magistrat, ce mercredi 20 juin dans le bureau de son futur imprimeur. Ses précédentes tentatives se sont soldées par des numéros restés uniques, alors, cette fois-ci, il a contracté une aide extérieure en la personne d’un jeune journaliste.

Ce nouveau bulletin municipal se présentera dans un premier temps sous la forme d’un cahier de quatre pages et aura une parution trimestrielle. Il sera tiré à 200 exemplaires pour couvrir les « environ » 180 foyers de la commune. La première distribution de ce bulletin est prévue pour le jeudi 28 juin, et sera assurée par un employé municipal.

« Il faudra penser à mettre des informations pratiques, souligne Dominique Josseaume (SE). Et pourquoi pas à la prochaine édition, laisser une page blanche pour permettre aux habitants de s’exprimer. »

Si Dominique Josseaume a choisi un support papier, c’est parce que « les gens y sont encore beaucoup attachés », poursuit-il. Ses administrés lui auraient également demandé une meilleure diffusion de l’information. « C’est un reproche qu’on me fait depuis que je suis élu, le manque de communication et d’information », explique-t-il.

A la réalisation de ce journal, une équipe de trois personnes, dont Théo Duchaussoy, journaliste de formation, chargé de collecter l’information et de la mise en page. « Ce n’est pas forcément évident, les adjoints n’ont pas forcément l’habitude, il faut faire respecter la deadline », sourit le jeune homme. Pour sa part, Dominique Josseaume a inscrit au budget des frais d’impression de quelques centaines d’euros.

Il se montre confiant pour se nouveau lancement : « Ce ne sera pas parfait, mais c’est mieux que rien. Et pourquoi pas passer à six pages dès la prochaine édition ? » André Chouviat, l’un des deux associés d’Imprimea, lui précise : « Six pages, ce ne sera pas possible. Il faut que cela soit obligatoirement un multiple de quatre. »

L’imprimeur rosnéen a l’habitude de réaliser des journaux municipaux. Il réalise ainsi déjà ceux de Guerville et Septeuil, que le maire de Fontenay-Mauvoisin feuillette, pour s’inspirer. « Il faudra penser à mettre des informations pratiques, souligne Dominique Josseaume. Et pourquoi pas, à la prochaine édition, laisser une page blanche pour permettre aux habitants de s’exprimer. »