Le 19 juin dernier, une réunion publique s’est tenue à la salle des fêtes pour présenter le nouveau cahier des charges d’Elior, prestataire chargé de la restauration scolaire. « Nous avons remporté le marché passé par la mairie reconductible sur une durée de quatre ans, précise Sandra Boulghobra, responsable du service client chez Elior. Nous étions déjà présents depuis 2012. »

Le prestataire cherche à valoriser les produits bio et le circuit-court. Mais les repas sont préparés à la cantine centrale de Liancourt (Oise), ce que déplorent les parents. « Pourquoi n’avons nous pas conservé la cuisine centrale ? », demande Cécile Ribet-Retel, vice-présidente de la Fédération des parents d’élèves de l’enseignement public conflanaise. « Elle devenait obsolète », lui répond Josiane Simon, adjointe à la scolarité.

Le public s’est également inquiété du grammage des portions, passant de 500 à 420 grammes. « On a des enfants qui disent avoir encore faim, s’inquiète Cécile Ribet-Retel. On attendra leur retour. » Pour Jean-Baptiste Gauthier, responsable du service enfance-scolarité, « il y a des menus moins populaires que d’autres, comme le poisson » pour expliquer cette faim.