Ils étaient une vingtaine de parents d’élèves, réunis mercredi 20 juin, pour discuter des actions à mener afin de défendre le maintien d’une des trois classes que comporte l’école maternelle Royer. Finalement, la décision de maintenir les trois classes est tombée vendredi. En cas de fermeture, ce village de près de 1 500 habitants n’aurait eu que deux classes de 32 élèves pour les trois niveaux de maternelle.

Avec 64 élèves au lieu du seuil de 65 requis, une classe de maternelle était menacée. Comme de nombreux villages des alentours, Longnes souffre du manque d’effectifs par classe. « Les autres communes autour de nous on aussi des problèmes d’élèves par classe, on ne peut pas trop en faire venir de chez elles », déplorait Lionel Beaumer, le deuxième adjoint au maire.

« Déjà que chez nous il n’y a plus de docteurs, s’il y a de moins en moins de classes… » se lamentait une parent d’élève lors de la réunion. « Il y a un risque de fermeture tous les ans. C’est toujours ric-rac mais l’année prochaine, il y a plusieurs logements qui vont être crées, alors, peut-être qu’on n’aura plus besoin de se battre », espère Benoît Guitton, parent à l’initiative de cette réunion.