« Au départ on a créé le club avec quelques potes mais on commence à tous avoir la trentaine alors il faut qu’on trouve du petit jeune », plaisante Thomas Chaigne, le président et joueur du club de l’AS Andrésy Futsal de 35 ans. En ce jeudi 28 juin, le club organise sa sixième séance de détection pour la catégorie senior du club, qui commence à partir de 17 ans. Une dernière session est prévue pour le jeudi 12 juillet. Il existe deux types de licence possible au sein du club, une licence dite « de loisirs »,c’est à dire uniquement pour les entraînements du jeudi et une autre pour la compétition. Avec douze licenciés pour la compétition et dix joueurs en loisirs, l’objectif de ces détections est clair : recruter pour renforcer l’effectif en compétition.

«80 à 90 % des joueurs de futsal en général viennent du foot à 11. Il y a moins d’argent donc plus de valeurs, estime Florian Deslandes, le coach et dirigeant du club. Il y a peine dix joueurs pro en équipe de France mais c’est un sport qui commence à être de plus en plus médiatisé ». « Pendant deux à trois ans je faisais du foot à 11 en club mais le futsal, ça n’a rien à voir. Je suis juste venu pour essayer et ça me plaît. L’entraîneur s’investit pas mal donc ça motive », s’enthousiasme Hassan, 28 ans, venu de Chanteloup-les-Vignes pour l’un de ses premiers entraînements avec le club.

« J’ai envie de faire du foot et du futsal, explique pour sa part Medimaro, Carriérois de 17 ans qui joue dans le club de Puteaux en foot à 11. Le futsal, ça travaille l’intensité  et le cardio». Stéphane, 36 ans, joueur longiligne aux faux airs de Gabriel Obertan, renchérit : « Au niveau du cardio, ça va pour moi comme je fais beaucoup de trail, je peux suivre. Je me sens bien pour mon premier entraînement, je ne me sens pas en dessous des autres. »

Ce jeudi, deux nouveaux joueurs sont venus assister à leur premier entraînement et deux autres de la semaine précédente assistent à leur deuxième. La plupart souhaite intégrer l’effectif pour la compétition. Ils devront alors s’acquitter du prix de la licence fixé à 150 euros tandis que les renouvellements de licence sont à 130 euros.

« Souvent les gens nous disent que c’est cher mais il faut savoir qu’on paye 61 euros l’arbitre pour chaque match à domicile par exemple. On paye aussi l’arbitre en Coupe de France et en Coupe de Paris. Pour être inscrit dans le championnat, on paye environ 800 euros par saison à la fédération française de football plus le prix des ballons, se justifie Florian Deslandes. On ne dépend pas d’un club de foot et on ne reçoit pas de subventions de la mairie. »