Depuis quelques mois, Isabelle Simon-Gilbert, Orgevalaise de 47 ans, travaille à développer Babybump.fr, site internet spécialisé dans la vente d’articles de puériculture. Concurrencer le traditionnel et incontournable site leboncoin.fr peut sembler difficile, mais la mère de famille met en avant une meilleure organisation de son site internet, plus spécialisé, et le développement d’une relation de confiance entre acheteurs et vendeurs.

« L’été dernier, on s’est enfin décidé à revendre des affaires de ma fille, raconte la quadragénaire de l’envie de développer son propre site. On a posté notre annonce sur Leboncoin. C’était quelque chose d’assez design, et quand on a rencontré les acheteurs, ils nous ont dit qu’ils avaient du mal à s’y retrouver sur le site, et que quand ils voyaient une annonce de ce type, ils sautaient un peu dessus. »

En discutant avec ses collègues, elle se rend alors compte que ces mamans d’une trentaine d’années sont déjà friandes de sites de revente : « On est plus dans la culture d’usage que de la propriété ». Licenciée en fin d’année dernière, cette ancienne conseillère en innovation numérique a été orientée vers la couveuse d’entreprises de l’association BGE Yvelines, basée à Epône, pour lancer son projet. « C’est allé très vite », souligne-t-elle. Sa formation a débuté en avril, la première version de Babybump.fr est en ligne depuis le mois de juin.

Le site s’adresse aux futurs parents ou aux familles dont les enfants ont grandi, mais pas seulement. « J’ai noté aussi que les grands-parents, cela les intéressait pas mal, souligne l’entrepreneuse. Je sais que moi, la première année, chaque week-end, il y a un taux incompressible d’équipement qu’on ne peut pas pas prendre, c’était un déménagement. » Elle démarche également les assistantes maternelles, toujours pour s’équiper et revendre en fonction de l’âge des enfants accueillis.

Une cinquantaine de transactions ont été réalisées depuis la mise en ligne, mais la plupart des articles appartiennent encore à Isabelle Simon-Gilbert. « Leboncoin, c’est encore ancré dans les mœurs, explique-t-elle. S’il y a un marché comme cela, c’est aussi une opportunité. » Et poursuit, à propos des conclusions des différents utilisateurs-testeurs de Babybump.fr : « Ils apprécient le look du site, comme j’ai déjà tout organisé en catégories, ils ont l’impression de pouvoir trouver plus facilement ce qu’ils cherchent. »

La mère de famille insiste également sur le fait que « le paiement se fait toujours avant la remise de l’achat » (une petite commission est prélevée pour rémunérer la jeune entreprise, Ndlr), pour éviter les négociations de dernière minute lors de la remise en mains propres. Chaque utilisateur doit se créer un compte pour revendre sur le site, et peut mettre jusqu’à huit photos de l’objet en vente gratuitement. L’accès à la plateforme est gratuit et ouvert à tous « Sur d’autres sites d’annonces gratuites, pour accéder à certaines fonctions, il faut parfois payer, ça peut être trompeur, estime Isabelle Simon-Gilbert. Sur le marché de l’occasion, il est utile de mettre de beaucoup de photos, pour voir s’il y des accrochages ou autres défauts, cela peut rassurer l’acheteur et éviter une déception à la livraison. » . »

Mise à jour du 31 août : il a été précisé que chaque utilisateur souhaitant vendre sur le site devait se créer un compte et que l’accès au site était gratuit. La dernière citation a également été modifiée, Isabelle Simon-Gilbert ne ciblant pas spécifiquement un site en particulier.