Le réseau de « covoiturage du quotidien » Covoit’ici, comme l’appelle la jeune société Ecov qui en est à l’initiative, perd très bientôt la majorité des 17 stations physiques qui le caractérisaient. Comme le révélait La Gazette en mai dernier, la communauté urbaine Grand Paris Seine et Oise (GPSEO) a en effet décidé de mettre un terme à cette expérimentation menée depuis bientôt deux ans, faute de résultats d’après son vice-président aux transports.

Les 12 stations situées aux Mureaux, à Meulan-en-Yvelines ou à Verneuil-sur-Seine seront désactivées en novembre. Le conseil départemental du Val d’Oise, autre partenaire institutionnel et financier ayant permis l’installation de stations, souhaite au contraire le renforcer, en dépit de cette décision des élus de vallée de Seine.

« Les premiers retours du dispositif de suivi de l’expérimentation […] met en évidence la perception très favorable de la part des usagers et de la population de manière générale qui voient dans ce service un intérêt plus solidaire que financier », indiquait ainsi le Département avant l’été de cette expérimentation dont le coût total, largement subventionné par l’Etat, est d’environ un million d’euros.