C’était devenu une « vieille légende » pour certains entrepreneurs de la zone commerciale de la Prévôté située à proximité. La bretelle et son rond-point menant de la RN12 à la RD912, à l’Ouest de Houdan, n’est plus un simple projet. Promise par le conseil départemental des Yvelines à la municipalité en échange de la construction de nouveaux logements, ce nouvel accès avait été annoncé en octobre 2015 par Le Parisien.

Son ouverture aux automobilistes était alors prévue pour « avant la fin de l’année 2017 ». Finalement, les travaux menés par le Département, qui en finance l’intégralité, sont censés débuter dans les prochains mois, avec une mise en service estimée à la fin du second trimestre 2019. A l’heure actuelle, pour accéder à l’Ouest de Houdan par la RN12, la seule possibilité est de traverser le centre-ville par la RD912, où près de 6 000 véhicules circulent en moyenne chaque jour.

« C’est un projet que j’ai lancé il y a dix ans avec le conseil départemental », se souvient Jean-Marie Tétart (LR), à la tête de la commune depuis 23 ans. « Nous avions un contrat, détaille-t-il. Si toutes les obligations de la municipalité étaient remplies, notamment celles liées au programme de logements, le Département s’engageait à respecter sa partie. » Cette condition était de désengorger l’axe routier qui traverse sa commune.

La circulation avait en effet crû au même rythme que l’activité de la zone commerciale et industrielle située à l’Ouest de Houdan, rendant la rue de la République bien souvent encombrée aux heures de pointe. Selon le maire, l’idée de créer une seconde bretelle de sortie à la RN12, de l’autre côté de Houdan, a été émise par le Département.

Premier problème : cette route nationale est sous la responsabilité des services de l’État. Les démarches administratives ont donc pris un certain temps avant de permettre le lancement du projet. Une fois tombé d’accord avec L’État sur les détails techniques, le conseil départemental devait ensuite trouver un lieu susceptible d’accueillir la bretelle et son giratoire.

Second problème, les 700 m² de terrain convoités appartenaient à un exploitant agricole qui ne souhaitait pas vendre sa parcelle, mais plutôt l’échanger avec d’autres terres qu’il a donc fallu trouver. Les deux parties se sont finalement entendues sur les reliquats de terrains initialement prévus pour l’aménagement d’une déviation à Richebourg.

Jeudi dernier, bon nombre des sociétés de la zone d’activité de la Prévôté ne semblaient pas connaître l’existence de la bretelle. Si le maire met surtout en avant le gain espéré pour les habitants du centre-ville, à la Prévôté, l’espoir est surtout celui de gagner de nouveaux clients, ont indiqué le garage Peugeot comme le centre aquatique Hodellia.

Mairie et conseil départemental ont par ailleurs dû apaiser les craintes exprimées lors de l’enquête publique par les habitants du hameau de la Forêt, riverains de la future bretelle comme de son rond-point (voir encadré). Le coût de ce chantier de huit mois environ, destiné à réduire drastiquement la circulation au centre-ville de Houdan, est estimé à 1,7 million d’euros TTC.

Le hameau de la Forêt isolé de la circulation et du bruit

Appartenant au territoire communal de Houdan, le hameau de la Forêt, situé non loin de la zone d’activité de la Prévôté, est un petit coin de tranquillité isolé au milieu des champs. Mais vers la mi-2019, la bretelle de sortie de la RN12 et son giratoire se situeront juste à l’entrée du hameau. Amenant, avec eux, le trafic et le bruit d’une circulation bien plus dense. Les habitants du hameau ont donc fait part de leurs inquiétudes lors de l’enquête publique, la Forêt devrait finalement conserver donc sa tranquillité.

« Je comprends les inquiétudes des riverains du patelin. D’un champ face à l’entrée de leur hameau, ils passeront à une sortie de route nationale, reconnaît le maire LR Jean-Marie Tétart. Ce rond-point va forcément amener un trafic important près de chez eux qu’ils n’avaient pas avant. » A la demande des habitants du hameau, la mairie prendra donc en charge certains aménagements : «  Selon moi, il est important d’éviter que la circulation ne traverse le hameau pour se rendre à la zone d’activité. »

Quelques dizaines de milliers d’euros ont été débloqués par la municipalité pour construire un talus anti-bruit, et une barrière bloquant l’accès des voitures et camions au hameau par le giratoire. L’entrée dans le hameau se fera par l’autre côté. « Notre crainte était que le trafic augmente ici alors que tout est toujours calme, notait jeudi dernier une retraitée y habitant. Avec cette barrière, le problème ne devrait pas avoir lieu et c’est tant mieux. J’espère juste que ces murs anti-bruit suffiront. »