« Je pensais prendre un an comme quasiment tout le monde… » Le maire de Lainville-en-Vexin, Stéphane Hazan (SE), ne pourra se représenter. Le 7 septembre, il a été condamné à trois ans d’inéligibilité par le Conseil constitutionnel. Il avait rendu en retard ses comptes de campagne des élections législatives, auxquelles il s’était présenté dans la huitième circonscription des Yvelines.

« C’est la loi, j’ai déposé en retard, j’ai fait une négligence, point », commente ce lundi l’édile (et médecin à l’hôpital mantais, Ndlr). Opposé au maire mantais, devenu député, Michel Vialay (LR), et à son mentor Pierre Bédier (LR), il était soutenu par le président de l’UDI des Yvelines et maire de Buchelay Paul Martinez, et avait réuni 4,23 % des suffrages exprimés au premier tour.

Il veut « finir [son] mandat » pour « être un aiguillon jusqu’à la fin », mais estime son avenir politique aujourd’hui derrière lui : « Je n’ai plus très envie, on a beau essayer de changer les choses, mais si la population n’est pas d’accord, on ne va pas se battre contre des moulins. » Son directeur de campagne d’alors, Michel Merelle, « n’avait pas de fonction comptable », il note que l’élu s’est « mis à la faute ».

CREDIT PHOTO : ARCHIVE / LA GAZETTE EN YVELINES