« La revitalisation du centre-bourg, ce n’est pas une mince affaire dans la mesure où Epône est confrontée à une attraction hors les murs des commerces périphériques. » Le constat fait par Guy Muller, maire de la ville, lors du déjeuner presse de ce mercredi 19 septembre, est sans appel. Deux bâtiments devraient bientôt être en chantier à différents endroits du centre-ville d’Epône, autour du secteur de l’ancienne mairie, comprenant 700 à 800 m² de commerces et 130 logements, dont 60 appartements locatifs sociaux.

Selon lui, l’offre commerciale en centre-ville n’est pas suffisamment abondante et variée pour que les habitants puissent y faire leurs courses. « L’idée c’est de recréer de la surface commerciale en centre-ville et d’apporter une variété de commerces suffisamment importante pour répondre au besoin quotidien sans être obligé d’aller vers les grandes surfaces », avance le maire de cette commune de plus de 6 000 habitants.

La municipalité souhaite l’implantation de commerces de proximité : une supérette, des métiers de bouche, un café-restaurant. Elle envisage également une maison médicale. « Il y aura là de quoi améliorer l’attractivité dans le centre […] et les commerçants actuels nous soutiennent dans cette démarche », complète l’édile.

Alors qu’elle n’entre pas dans les normes de la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbain (SRU) avec seulement 18 % de logements sociaux, relativement loin du seuil minimal obligatoire de 25 %, la municipalité a décidé de faire d’une pierre deux coups : 130 logements, dont 65 logements aidés, et 80 places de parking, seront créés en même temps que les différents commerces.

La Ville paie une pénalité annuelle de 170 000 euros à cause de sa carence en la matière. Pour rattraper le retard, la majorité souhaite créer 221 logements sociaux d’ici 2023. « Le promoteur immobilier Altarea Cogedim a été choisi pour sa double compétence en promotion immobilière et en développement d’offre de services » détaille-t-on à la mairie du choix de l’entreprise de construction.

Pour financer ce projet, la ville va procéder grâce à un système de dation : Epône met à disposition du promoteur gratuitement les biens fonciers et les terrains constructibles, en contrepartie de la construction d’une salle communale de 110 m² et de places de stationnement. Toutefois, ce projet, tel qu’il est présenté, ne verra le jour qu’en fonction des résultats de l’étude archéologique et des fouilles préventives, prévues du 26 novembre au 31 décembre.

PHOTO : LA GAZETTE EN YVELINES