Pour les passionnés de motocross du département, l’adresse ne doit sûrement pas être inconnue. Mini wheels park est un circuit ouvert au public depuis quatre ans sur lequel les pilotes se réunissent tous les samedis de 14 h à 18 h. Pour rouler sur ce circuit situé à Longnes, il faut impérativement respecter une condition : seules les mini-motos, ou pit-bike, y sont autorisées. Du moteur 50 cm cube, pour les enfants de quatre à sept ans, jusqu’au 190 cm cube à partir de 14 ans.

C’est Sébastien Guillaume, ancien pilote professionnel devenu garagiste concessionnaire de mini-motos YCF (voir encadré, Ndlr), qui a eu l’idée d’ouvrir le circuit. Originaire de la région, le pilote d’Enduro avait un terrain d’entraînement personnel, route de Versailles à Longnes, où il a aimé répéter ses gammes et se préparer à la compétition. « Je connais bien le créateur d’une marque de mini-motos qui m’a dit un jour : ‘‘Pourquoi tu n’ouvrirais pas un circuit public, grâce à ton ancien terrain d’entraînement, en plus de ta concession ?’’ », se souvient-il.

Sébastien s’est donc lancé dans ce projet à la suite de sa reconversion professionnelle. Il a modifié ce terrain et l’a mis aux normes des circuits de mini-motos pour accueillir de nombreux pilotes souhaitant s’adonner à cette pratique. Le circuit est aujourd’hui homologué par la Fédération française de motocross (FFM). « Avoir des motocross, c’est bien mais s’il n’existe pas de circuit, ça ne sert à rien. A part rouler dans les chemins et embêter tout le monde, ça n’a pas de sens, reconnaît le gérant, au moins ça permet une activité cadrée pour les enfants et les adultes. »

Car qui dit mini-moto ne dit pas forcément motocross pour les plus jeunes. Ce sport est accessible à tous, des enfants aux adultes, hommes, femmes et personnes d’un certain âge. L’objectif, selon Sébastien, est de prendre du plaisir à rouler sur le Mini wheels park, que l’on soit débutant ou pilote confirmé. « Des compétitions de mini-motos existent, il y a des championnats de France. Mais sur ce circuit, ce n’est que du loisir pour toute la famille […], assure l’ancien pilote. La compétition, j’ai baigné dedans pendant plus de 15 ans, maintenant je veux faire du loisir avec des gens qui ne se prennent pas la tête. »

C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles il a choisi d’ouvrir un circuit de mini-motos et non pas de moto-cross traditionnel. « Je n’autorise que les mini-motos car l’approche est plus facile […]. Tous les week-ends j’ai au moins trois ou quatre personnes qui n’ont jamais fait de moto, explique Sébastien, je leur explique le fonctionnement, je les initie et quand je vois qu’ils sont autonomes, je les lâche. » Le concessionnaire remarque que cette accessibilité à tous fait que les familles représentent l’une de ses premières clientèles, avec les passionnés.

Afin de satisfaire ses différents publics, Mini wheels park dispose de trois circuits adaptés à tous les niveaux. Une piste d’initiation est destinée aux débutants et aux plus jeunes alors que les plus expérimentés se tournent vers le circuit SX, avec lignes droites réduites, et donc plus de virages et de répétition des sauts, et vers le circuit MX, avec plus de lignes droites. Que le public soit licencié FFM ou non, le circuit est accessible à tous sur réservation pour une moyenne de 60 euros l’heure. Une assurance de responsabilité civile est toutefois obligatoire pour ceux qui ne sont pas licenciés. Que les débutants se rassurent, il n’est pas nécessaire d’avoir une moto pour accéder à la piste, la location de pit-bike et de matériel de sécurité est possible à l’accueil.

Un champion à la retraite qui voulait rester dans la moto

Sébastien Guillaume a été pilote professionnel de motocross pendant plus de 15 ans. Il a notamment été champion de France cinq fois, vice-champion du monde deux fois et champion du monde par équipe à quatre reprises. Sa carrière a pris fin à l’âge de 35 ans et il a fallu penser à la reconversion.

Sébastien a alors repris le garage tenu par ses parents, situé au Mesnil-Simon dans l’Eure-et-Loir, et en a fait, depuis quatre ans, une concession de mini-motos YCF appelée Mini wheels shop. L’ancien pilote professionnel a ensuite ouvert le circuit en partenariat avec l’Extreme moto club de Limay.

« Depuis, le circuit fonctionne grâce au magasin, et surtout le magasin fonctionne grâce au circuit », se réjouit le gérant qui vient de monter son école. « Étant breveté d’état depuis 2007, je peux donner des cours. Un mercredi sur deux, je donne des cours semi particuliers à un groupe de huit enfants ou adultes pendant 2 h 30. Je ne sais pas trop ce que ça va donner mais j’avais envie d’essayer », a t-il conclu, sourire aux lèvres.

PHOTO : LA GAZETTE EN YVELINES