Mantes-en-Yvelines Habitat (MYH), Bailleur social, a l’habitude d’aller à la rencontre de ses locataires autour de différentes thématiques. Depuis le mois d’octobre, en partenariat avec l’Association Solidaires pour l’habitat (SOLIHA), l’Association des bailleurs sociaux du Mantois (ABSM), le Bailleur IRP et la Ville de Mantes-la-Jolie, il organise des ateliers de prévention à destination des plus de 60 ans et leur famille afin de prévenir la perte d’autonomie et lutter contre l’isolement.

Après le quartier des Physiciens, c’est dans le quartier des Aviateurs, au 19 rue Louis Blériot, que ces ateliers se dérouleront chaque lundi, du 12 novembre au 3 décembre. En 2019, ces actions auront lieu sur le secteur des Peintres et Médecins. « Nous sommes partis d’un constat avec la Ville de Mantes‑la‑Jolie que la population est vieillissante et cela va s’amplifier au cours des années à venir, détaille Mam Nieng, Responsable Adjoint du Pôle Gestion de Proximité chez MYH. Nous avons alors décidé de travailler sur le maintien à domicile. »

Aux Physiciens, par exemple, sur 287 logements, 41 % des locataires titulaires du bail ont plus de 60 ans et 18 % d’entre eux ont plus de 75 ans, selon une étude réalisée en 2016. Aux Aviateurs, pour 456 logements, 44 % des titulaires de bail ont plus de 60 ans et 18 % d’entre eux ont plus de 75 ans.

« Nous avons équipé les appartements de mobilier, afin de pouvoir travailler sur les transferts, les postures à adopter », poursuit Mam Nieng, Responsable Adjoint du Pôle Gestion de Proximité chez MYH.

Dans un appartement mis à disposition par les bailleurs, deux sessions, encadrées par deux ergothérapeutes sont organisées. La première, de 10 h à midi est à destination des aidés. La seconde, de 14 h à 16 h est à destination des aidants, personnel médical, voisins et membres de la famille. « Nous avons équipé les appartements de mobilier, afin de pouvoir travailler sur les transferts, les postures à adopter et relever les risques accidentogènes poursuit Mam Nieng. Nous avons également voulu rendre ce lieu convivial, afin de créer du lien social, favoriser les échanges. »

A l’issue des quatre séances, un « kit d’autonomie », comprenant notamment une pince de préhension, des pastilles antidérapantes et un localisateur d’objets seront remis aux participants. « Nous aimerions toucher dix familles par quartier », explique Mam Nieng de ce projet qui concerne environ 1 600 logements. Ces ateliers sont également pour le bailleur un moyen de repérer les situations difficiles. « Si par exemple on a une personne qui habite au quatrième étage sans ascenseur, on travaillera sur la possibilité de mutation », souligne le responsable.

Outre les affiches et la diffusion de spots publicitaires sur la radio LFM, le Bailleur compte également sur les associations locales et les gardiens d’immeubles pour faire le relais de cette initiative. « Nous travaillons aussi avec le centre de vie sociale Aimé Césaire, qui peut nous alerter sur certaines situations, précise Mam Nieng. C’est aussi pour eux, une façon de faire connaître leurs offres de services destinées à cette population. »

Ces ateliers ont été mis en place à la demande de la Conférence des financeurs des Yvelines (Instance départementale coordonnant les actions de prévention de la perte d’autonomie, Ndlr), pour un coût total de 46 000 euros et financés en partie par l’État via le Commissariat général à l’égalité du territoire. Ils pourraient également être reconduits dans d’autres quartiers mantais, sur le patrimoine de MYH. « La Ville souhaiterait les développer dans le centre-ville si cela fonctionne », confirme Mam Nieng.

CREDIT PHOTO 1 : MANTES-EN-YVELINES HABITAT
PHOTO 2 : LA GAZETTE EN YVELINES