L’incinérateur n’a pas fait long feu. Alors qu’il avait été mis en état de marche en 1998 au sein de l’usine Valene, située à Guerville, Veolia et la Communauté d’agglomération Mantes-en-Yvelines (aujourd’hui la communauté urbaine Grand Paris Seine et Oise, Ndlr), ont décidé de reconvertir le site en centre de transfert. Plus de 20 ans après l’inauguration de cet incinérateur, la reconversion est désormais achevée : Veolia Île-de-France activité recyclage et valorisation des déchets (RVD), célébrait donc une nouvelle inauguration ce 18 octobre.

L’idée de reconvertir l’incinérateur, qui n’était pas rentable, émerge en 2013, le protocole en a été signé le 15 décembre 2014 entre les deux parties. Les ordures ménagères du Mantois et de la vallée de Seine n’y seraient bientôt plus consumées, mais simplement stockées. « C’est la fin d’une histoire et le début d’une autre, a déclaré Didier Courboillet, directeur régional Île-de-France de Veolia. La gestion des flux de déchets sera l’un des enjeux de demain, et ce centre de transfert va dans ce sens. »

Si la reconversion semblait nécessaire, les raisons qui ont amené la fermeture de l’incinérateur, après si peu d’années d’utilisation, continuent de faire l’objet des regrets des élus. C’était notamment le cas de Philippe Tautou (LR), président de la communauté urbaine GPSEO. « C’est un formidable gâchis selon moi parce que l’idée originale me semblait intéressante, mais il y a des moments où il ne faut pas s’obstiner », a-t-il confié lors de l’inauguration.

Car cette reconversion est d’abord celle d’un constat d’échec de la rentabilité de cet ex-outil de pointe d’une capacité de 90 000 tonnes par an, expérimentant dans le Mantois la technique peu utilisée en France du lit fluidisé. « L’incinérateur était une technologie à la pointe, mais qui devenait obsolète du fait que le tri n’était pas parfaitement effectué, explique Jean-Luc Challe, directeur du secteur recyclage et revalorisation des déchets de Veolia. Son coût de traitement était devenu beaucoup plus élevé que dans les usines d’incinération classique. »

Cette reconversion est d’abord celle d’un constat d’échec de la rentabilité de cet ex-outil de pointe d’une capacité de 90 000 tonnes par an, expérimentant dans le Mantois la technique du lit fluidisé.

Pour que l’utilisation de cet incinérateur se fasse de manière efficiente, il aurait fallu que les ordures ménagères soient préparées et bien triées par les habitants, ce qui n’était pas réellement le cas selon lui : « Parfois, on y retrouvait des moteurs de voiture, de l’électroménager ou autre, et ce type d’usine d’incinération ne pouvait pas accepter ça. »

Les travaux, qui ont coûté environ six millions d’euros à Veolia dans le cadre de sa délégation de service public avec GPSEO, ont démarré en mars 2015 et se sont terminés en juin 2018. Pendant toute cette durée, le centre n’a jamais cessé d’accueillir les déchets. Depuis juillet 2018, ces derniers sont déposés à Valene par les camions poubelles du secteur, et sont ensuite transférés vers les centres de traitement et de valorisation énergétique d’Azalys, à Carrières-sous-Poissy, et de la Cnim, à Thiverval-Grignon.

« Sur la partie réception, on monte à 60 voire 70 camions, sur la partie évacuation, ça représente une quinzaine de camions », détaille Guillaume Huet, responsable d’exploitation dans l’usine. Les semi-remorques au départ du centre accueillent chacun les déchets de trois à quatre des camions-poubelles qui sillonnent le Mantois.

Chaque année, 60 000 tonnes d’ordures ménagères arrivent à Valene et repartent dans la même journée vers les centres de traitement. Il y a aussi une partie tri sélectif, qui représente 5 000 tonnes collectées. « L’intérêt, c’est de faire un regroupement des déchets et d’optimiser les déplacements, conclut Guillaume Huet. Parce que Carrières-sous-Poissy et Thiverval-Grignon, c’est loin lorsqu’il faut faire un déchargement et que la tournée n’est pas terminée pour un camion poubelle. »

PHOTO CAMION : LA GAZETTE EN YVELINES
PHOTO PANNEAU : ARCHIVES / LA GAZETTE EN YVELINES