Association créée à Mantes-la-Jolie en février 2018, Pro en réseau veut permettre aux entreprises de s’envoyer mutuellement des clients, selon le système éprouvé de la recommandation d’affaires. Ses présidents-fondateurs mantais calquent leur activité sur le leader mondial du secteur, l’entreprise américaine Business network international (BNI) dont ils sont anciens membres, mais à des tarifs très inférieurs. Chez BNI, cette inspiration assumée est prise avec philosophie.

Jeudi 27 septembre, l’association a tenu sa réunion mensuelle avec une partie de sa trentaine de membres, au sein des locaux prêtés pour l’occasion par une agence bancaire du centre-ville mantais. Ses deux fondateurs, Gilles Roulin et Ludovic Deschamps ont décidé de créer leur association à partir d’un modèle proche mais légèrement différent de celui observé chez BNI, basé sur la recommandation mutuelle d’entreprises envers leurs clientèles respectives.

A l’image de son inspirateur privé, dans l’association, les sociétés « proviennent toutes de secteurs différents, avec une entreprise par secteur » afin d‘éviter toute concurrence dans les recommandations, renseigne Gilles Roulin. L’association demande une cotisation de 50 euros par an (contre 950 euros HT chez BNI, Ndlr) à chaque entreprise adhérente : « Aucun bénéfice n’est dégagé sur ces cotisations. »

« Cela fait trois mois que je suis adhérent et je trouve que c’est plus efficace que de distribuer des prospectus aux particuliers, témoigne ce soir de septembre Jean-Baptiste Peiger, dirigeant d’une société d’informatique. Cette association nous permet de nous échanger des clients. » Lui, apprécie aussi le côté peu coûteux de l’adhésion : « Ce qu’ils proposent n’est pas cher, et ils ont un site dans lequel nous disposons de notre propre espace internet. »

L’association à but non lucratif explique ne faire aucun bénéfice sur les 50 euros de cotisation demandés aux entreprises.

Sur le site internet de l’association, chaque entreprise dispose par ailleurs d’une page de présentation pour permettre à chacun de connaître l’autre. « Nous leur proposons des vidéos pour augmenter la fréquentation de leur site pour un coût compris entre 100 et 900 euros », indique aussi Gilles Roulin, qui n’hésite pas à pointer que « certains réseaux d’entrepreneurs proposent ce même service pour 5 000, voire 6 000 euros ».

Malgré les prix plancher proposés au sein de leur association, ses deux fondateurs assurent cependant ne pas vouloir faire de concurrence à leur ancien réseau et mettent en valeur les différences : des réunions moins fréquentes et plus grande priorité placée sur la visibilité en ligne. « Nous avons quitté BNI essentiellement pour des raisons d’agenda, nous ne pouvions suivre leurs réunions hebdomadaires, font-ils remarquer. De même, nous trouvions que les entreprises référencées à BNI n’étaient pas assez visibles sur le web. »

Chez BNI, la concurrence créée par ces anciens membres est louée plus que critiquée. « Au contraire, ça nous stimule, le fait que des réseaux d’entreprise fleurissent nous pousse à être meilleur, Eric Wirth, directeur régional de BNI dans les Yvelines. Nous pourrions en effet théoriquement intenter un procès à des personnes copiant notre modèle car nous leur faisons signer à leur entrée un bon de confidentialité, cependant, aucun procès n’a été fait jusque-là. »

Comparé au leader mondial de la recommandation d’affaires l’association mantaise Pro en réseau, créée en début d’année, ne pèse pas lourd, mais ses fondateurs ne cachent pas leur ambition, et souhaitent ainsi essaimer partout en France. « Il y aura toujours des petits groupes d’une trentaine d’adhérents dans chaque ville ou par secteur, pas plus », explique son président Ludovic Deschamps du modèle d’expansion, là aussi assez proche de celui des groupes locaux de BNI.

PHOTOS : LA GAZETTE EN YVELINES