« J’avais le sentiment que les tours étaient abandonnées et là, ça se confirme », constate avec dépit une habitante des deux tours Ader, situées dans le quartier populaire du Val Fourré. Mardi 15 octobre, celle-ci a dénoncé, lors d’une réunion publique dédiée au quartier, l’insalubrité et la vétusté de sa résidence. Le maire Raphaël Cognet (LR) a indiqué pour réponse que « le bailleur social Yvelines-Essonne vient d’acter la destruction de ces deux tours ». Les premiers relogements de locataires débuteraient dès l’an prochain, et pourraient s’étaler sur plusieurs années.

Le bailleur social, contacté, confirme la décision de démolition de ces deux immeubles de 17 étages. « Nous avons pris la décision il y a deux semaines de détruire ces deux tours, leur maintien en l’état était impossible, nous espérons que la décision sera confirmée pour la fin de l’année, indique Arnaud Legros, président du directoire des Résidences Yvelines-Essonne. Une enquête sociale de trois mois sera menée ensuite auprès des résidents des 226 logements pour déterminer leurs besoins en matière de relogement, nous espérons que ceux-ci commenceront dès l’été 2019. »

A l’instar du bailleur social, le maire mantais insiste sur le temps total que pourrait durer ces relogements. « En effet, il va falloir vider les tours des 226 appartements actuellement présents avant de les détruire, c’est un travail qui peut prendre plusieurs années, le temps que 226 autres logements soient reconstruits », souligne Raphaël Cognet. « On reloge en moyenne deux familles par mois, d’où un processus total qui pourrait durer pour les tours Ader entre sept et dix ans », détaille le président du directoire des Résidences Yvelines-Essonne.

A la réunion publique, l’édile mantais opine du chef lorsqu’une résidente des tours parle de leur abandon actuel : « Pas grand-chose n’a été fait concernant les tours Ader. » Lui-même décrit ces bâtiments et leur environnement comme « fortement dégradés ». Les deux tours souffriraient, depuis plusieurs années déjà, de fortes détériorations : « Il y a beaucoup de deals, de rodéos à moto et d’ampoules cassées en bas des tours. »

Il s’est montré peu favorable à une rénovation plutôt qu’à la démolition désormais prévue. « Nous n’allons pas remplacer les ampoules à chaque fois que l’une d’elles casse, car à chaque fois qu’on les remplace, certains les cassent juste après, a expliqué Raphaël Cognet à l’assistance. De même, des rénovations, à l’heure actuelle, sont inutiles, compte tenu de l’état général des tours. »

PHOTO : ARCHIVES / LA GAZETTE EN YVELINES