Visiblement, la réunion portant sur le renouveau du centre-ville mantais était attendue. Plus de 200 personnes ont ainsi assisté à cette réunion donnée lundi 22 octobre par la municipalité. Elle visait à présenter les futurs travaux du centre-ville (voir encadré), et à lancer la concertation autour du projet global.

Parmi les quatre axes de travail sur lesquels la majorité aimerait se concentrer figurent notamment « le renforcement de la qualité du commerce du centre, attaqué par d’autres modes de consommation », détaille l’édile mantais Raphaël Cognet (LR). Il invite le public à soumettre des idées. Inévitablement, la question des horaires d’ouverture des commerçants mantais est posée. Si les riverains sont plutôt favorables à des ouvertures entre midi et deux, ou plus tardives, les commerçants, eux ne sont pas forcément séduits.

Avant de laisser la parole au public, le maire pose un constat : « Les études qu’on a fait montrent que les Mantais réalisent 39 % de leurs achats dans leur commune. Un Mantais en moyenne, quand il dépense 100 euros, tout confondu, 39 vont en centre-ville. » Avant de poursuivre, sur le ton de la boutade : « Ce qu’on ne peut pas faire, c’est faire en sorte qu’il n’y ait plus d’accès internet à Mantes et ses environs pour que personne ne puisse rien acheter sur internet. »

L’édile recommande une action autour du centre-ville, et incite les commerçants à garder leur dynamisme « afin de faire en sorte que les gens aient envie de consommer et d’acheter en centre-ville ». Dans le public, plutôt que du commerce en ligne, certains s’inquiètent surtout de l’arrivée du futur centre commercial Open sky, prévu pour ouvrir fin 2019 à Buchelay.

« Cela ne risque-t-il pas de porter préjudice ? », demande un Mantais. « Pour moi, c’est une expérience commerciale complètement différente, lui répond Raphaël Cognet. Je pense qu’on peut capter de la ressource qui, aujourd’hui, fout le camp ailleurs. Mais en même temps, il y a une forme de menace, il faut que l’on modernise d’urgence le centre-ville. »

Le président de l’association des commerçants Coeur de Mantes, Stéphane Teste, en appelle, lui, à la responsabilité des consommateurs. « On ne peut pas forcément tout acheter à Mantes, le but étant que quand un centre commercial arrive, celui-ci ne menace pas le centre-ville, que les gens du centre-ville essaient de modérer, indique-t-il. Moi dans mes boutiques, j’ai des gens qui me disent « je viens chez vous car je fais marcher le commerce de centre-ville », je pense que c’est une démarche normale des gens qui habitent le centre-ville et ses environs. »

Autre point soulevé par les potentiels clients du centre-ville, l’amplitude des horaires d’ouverture des magasins. « Je pense qu’il faudrait peut-être revoir les horaires d’ouverture, souligne une Mantaise, provoquant la réaction agacée de certains commerçants. Entre midi et deux, beaucoup de magasins sont fermés. » La réponse ne se fait pas attendre. « J’ai essayé entre midi et deux mais bon, il y a des gens qui viennent comme ça, dans mon magasin, manger leur sandwich, ce n’est pas intéressant pour moi », tranche Marie-Odile Pazery, du magasin de meubles et décoration Pazery.

Un point de vue que ne partage pas forcément le président de l’association des commerçants. « Si aujourd’hui, vous fermez à 18 h ou 18 h 30 parce que vous avez plein de raisons, la famille, le manque de personnel et tout ce qui va avec, je suis très dur mais il faut pas faire commerce », expose de sa vision Stéphane Teste. Lui pense que des horaires d’ouvertures de 10 h à 19 h 30 sont « indispensables » pour attirer les clients rentrant du travail avec le RER.

Des travaux en continu pendant deux ans

Avec le début du chantier place Henri Dunant (voir notre édition du 24 octobre), un cycle de travaux a été lancé jusqu’en 2020. Ils concerneront la place Henri Dunant, le square Brieussel et les abords de la collégiale Notre-Dame et s’inscrivent dans le programme Action coeur de ville. Le square Brieussel est un « axe stratégique » pour le maire Raphaël Cognet (LR). « Il sert à connecter entre eux plusieurs mini-quartiers et relier les espaces commerçants », poursuit-il.

Au mois de novembre prochain, des travaux, dont le coût a été estimé à 1,8 million d’euros concerneront le square, le parking et la médiathèque Georges Duhamel. Autour de cette dernière, un parvis sera installé « pour pouvoir y lire et s’y fixer pour déjeuner », propose Raphaël Cognet. Une aire de jeu sur la thématique du médiéval sera également construite, de même qu’une zone humide et une zone arborée. La réouverture du square est prévue pour décembre 2019.

En mars 2019, ce sont les alentours de la collégiale qui devraient changer de visage. Une première phase de travaux, prévue pour durer un an, prévoit l’ « enmarchement » et le réaménagement du parvis de la collégiale pour deux millions d’euros. Un belvédère, avec vue sur la Seine, sera également aménagé. « L’idée, c’est de susciter l’envie chez les croisiéristes, explique le maire. Il faut qu’ils aient envie de monter, de venir voir le centre-ville. »

PHOTO : ILLUSTRATION / LA GAZETTE EN YVELINES