Il n’en revient pas. Le maire de Méricourt Philippe Geslan (UDI) a été condamné le 15 novembre à trois ans d’inéligibilité par le Conseil constitutionnel. Il avait eu cinq semaines de retard dans le dépôt de son compte de campagne, et celui-ci n’a pas été présenté par un membre de l’ordre des experts-comptables et comptables agréés.

« Eu égard au cumul et au caractère substantiel des obligations méconnues, dont M. Geslan ne pouvait ignorer la portée, il y a lieu de prononcer l’inéligibilité », indiquent les Sages dans leur décision portant sur les 4 500 euros de son compte de campagne déposé en retard.

« Je trouve que la décision est à la fois injuste et complètement démesurée, s’indigne l’élu ce lundi d’une peine dont il rappelle qu’elle est identique à celles ayant pu toucher Dieudonné ou le président du conseil départemental Pierre Bédier (LR). Trente-sept ans au service de ma commune pour avoir une sanction pareille, je trouve ça incroyable. » Lui qui hésitait à se représenter se demande maintenant s’il ne va pas démissionner de son mandat avant la fin : « Je vais me donner un peu de temps. »

PHOTO : LA GAZETTE EN YVELINES