Le constat est sans appel : la branche J5, qui relie Mantes-la-Jolie à Paris Saint-Lazare via Poissy, est la moins performante de la ligne J du Transilien. Ses trains sont de loin les plus en retard, soit une ponctualité de 83,5 % depuis le début de l’année. Un chiffre très en deçà de l’objectif de 94 % fixé par l’organisme satellite du conseil régional chargé des transports, Île-de-France mobilités (ex-Stif, Ndlr). Les usagers exaspérés auront-ils la patience d’attendre 2024 et l’arrivée du RER E, pointée comme principale solution par la SNCF ?

« Des résultats qui traduisent des trajets quotidiens souvent difficiles en termes de ponctualité et de confort pour les usagers », a récemment reconnu la SNCF sur le blog de la ligne J, dans un billet explicatif longtemps promis aux usagers plutôt contrariés. L’entreprise ferroviaire pointe des trains « vieillissants », les interruptions dues aux bagages oubliés, la complexité des infrastructures à Mantes-la-Jolie comme en gare Saint-Lazare, ainsi que les très nombreux chantiers en cours le long de la ligne.

Louis Gomez, président de l’association des usagers des gares de l’Ouest francilien, dresse un tableau accablant de la desserte. « On observe un retard cumulé de 15 heures sur l’ensemble du trafic en octobre, la situation s’est dégradée ces dernières semaines, annonce celui qui est aussi élu d’opposition (SE) à la mairie de Bonnières-sur-Seine. La direction de la SNCF se décharge de sa responsabilité, il n’y a pas de vision d’ensemble, on règle les problèmes au coup par coup. »

Les retards à répétition de la ligne J5 s’expliqueraient tout d’abord par « des trains vieillissants, donc peu performants et sujets aux pannes », explique la direction de la ligne J sur son blog officiel. Elle avance aussi le fait « que les infrastructures actuelles sont partagées en ligne et en entrée de gare de Mantes-la-Jolie et Paris-Saint-Lazare », Transiliens et trains normands devant nécessairement se croiser à ces deux endroits. Enfin, « des travaux très denses sur la ligne pour développer et régénérer le réseau » expliqueraient également la ponctualité dégradée.

« On observe un retard cumulé de 15 heures sur l’ensemble du trafic en octobre », assure Louis Gomez, le président de l’association des usagers des transports de l’Ouest francilien.

A court terme, les solutions pour remédier à ces difficultés ne sont pas légion, avertit la SNCF. Les usagers sont donc priés de prendre leur mal en patience pendant les prochaines années. La fin de chantiers puis la mise en service du RER E de la gare Saint-Lazare à Mantes-la-Jolie et amené à remplacer la ligne J5, devrait permettre d’améliorer nettement la situation, notamment avec une troisième voie entre Epône et Mantes-la-Jolie ou un viaduc ferroviaire en gare de Mantes-la-Jolie. Mais pour cela, il faudra attendre 2024…

Une perspective qui a fait bondir un usager sur le blog de la SNCF : « Si on compare la situation d’aujourd’hui à celle d’il y a deux ans, c’est de pire en pire et il faudra attendre plusieurs années pour trouver des solutions, on rêve », commente-t-il sous le billet explicatif. Un autre voyageur est lui aussi exaspéré, et rappelle que l’extension du RER E est attendue depuis longtemps : « Eole, en 2024, comme solution ultime, oui ou bien un peu plus tard, cela fait des années qu’on l’attend… »

Pour le président de l’association des usagers des transports de l’Ouest francilien, le projet Eole ne pourra tout régler. « L’arrivée du RER E, c’est seulement une amélioration, un plus, mais ce n’est pas la panacée, conclut-il. Les usagers sont aujourd’hui en colère, ils ont le sentiment que l’on se moque d’eux. La SNCF doit se donner les moyens d’être au niveau de sa mission qui est de faire circuler les trains correctement. »

PHOTO : LA GAZETTE EN YVELINES