Ils étaient neuf chercheurs d’emploi à se prendre au jeu du chat et de la souris, vendredi 16 novembre au sein du groupe Safran helicopter engines, leader mondial de la motorisation pour hélicoptères installé à Buchelay. Salariés et chercheurs d’emploi du Mantois participaient à la première Job academy de la grande entreprise, à l’initiative du club d’entreprises Face Yvelines.

Parmi les chômeurs présents, Dounia El Kalchi souhaite sortir de la galère. Partie à la recherche de son futur parrain ou marraine, il n’a fallu que quelques minutes et plusieurs devinettes à la Mantaise de 32 ans pour retrouver Elsa Billiault. Cette dernière, qui travaille depuis six ans comme approvisionneuse au sein de la société aéronautique, sera désormais sa coach dans sa recherche d’emploi.

Sans activité depuis cet été, la jeune femme ambitionne de trouver du travail comme assistante juridique, et enfin trouver sa voie après plusieurs expériences ratées. La promo de Safran, baptisée « Booster », lui offre une occasion de rebondir. « J’ai eu des petites missions en cabinet d’avocat et en office notarial en tant qu’assistante juridique, j’ai accroché… », se souvient celle qui a suivi des études de langues étrangères appliquées (LEA).

FrancineNCharloton,Nchargée de missions Emploi chez Face Yvelines, s’occupe de son dossier depuis six mois. « Dounia a eu l’opportunité d’avoir plusieurs contrats qui n’ont pas été au bout pour diverses raisons, elle avait le moral dans les baskets, explique-t-elle. Elle a besoin d’être suivie et encadrée. » La principale intéressée l’admet sans difficulté : « Il faut que je sois coachée, aiguillée, conseillée et orientée pour construire mon projet professionnel et enfin décrocher un emploi stable. »

Dans sa démarche, elle pourra compter, à hauteur de deux rendez-vous mensuels pendant quatre mois, sur les conseils de sa marraine. « Je vais tâcher de lui apporter mon expérience du monde du travail, voir si je n’ai pas des relations dans le domaine juridique. Je vais l’aider à préparer des entretiens, des lettres de motivation, à rédiger un curriculum vitae », confie Elsa Billiault. Ce matin-là, le binôme filleule-marraine s’est déjà mis au travail autour de son CV. Il n’y pas de temps à perdre…

PHOTO : LA GAZETTE EN YVELINES