Parce que la gourmandise est un vilain péché, les 3 205 participants à la 5e édition du Chocotrail ont dû braver le froid et la pluie, dimanche 9 décembre à Hardricourt. Au bout de l’aventure, il y avait une médaille en chocolat à empocher, mais seulement pour ceux qui sont parvenus à dompter les éléments sur un tracé qui a emprunté les bords de Seine et le parc naturel régional du Vexin.

Trois distances étaient proposées aux inscrits : une course populaire de 8 km, une course nature de 13 km, et enfin un trail de 24 km. Parmi les coureurs, des spécialistes du trail, une course tout-terrain hors stade, mais aussi des passionnés venus en toute décontraction pour leur seul plaisir : « Je suis là pour le fun », se marre Guillaume, 44 ans, affublé comme à son habitude d’un nez rouge et d’un costume de Père Noël.

Le licencié du CLOC d’Achères, qui participait pour la 3e fois à l’événement, avait décidé de s’essayer sur la distance du 13 km. « Il y a un beau parcours, une belle ambiance qui fait qu’on a envie d’y revenir tous les ans, confie le dossard 2 641. Et en plus on aime la boue, c’est bon pour la peau. » Il garde dans un coin de sa tête l’objectif suprême de la journée, celui « d’aller chercher la médaille en chocolat et le ballotin » promis aux finishers.

Au-delà de l’esprit bon enfant qui a accompagné la majorité des coureurs, la course avait un réel intérêt sportif. La victoire finale du trail de 24 km est revenue à Bertrand Gence pour la troisième fois après ses succès en 2015 et 2016. « Je termine en 1 h 33, c’est mieux que l’an dernier, souligne le licencié du Verneuil athlétique club. Je suis satisfait car je me suis bien amusé sur un parcours moins exigeant que l’an dernier, avec moins de boue. » Le lauréat de l’édition 2018 sur le 24 km, lancé comme un bolide, a en effet échappé à la pluie qui s’est abattue sur les participants en fin d’épreuve.

La montée vers le château, avec 246 marches à gravir, était comme chaque année l’attraction du parcours pour les 3 205 coureurs de la 5e édition du Chocotrail, dimanche 9 décembre à Hardricourt.

Alicia Caboche, vainqueur chez les femmes sur la distance de 24 km, n’ a pas eu cette chance et a franchi la ligne d’arrivée trempée jusqu’aux os. « Les conditions climatiques étaient vraiment dures avec de la pluie, de la boue mais c’est le trail, on connaît, sourit la jeune femme de 34 ans venue de Yerres (Essonne). Sinon, je suis très contente de ma performance en finissant en 1 h 56. »

La montée vers le château, avec 246 marches à gravir, était comme chaque année, l’attraction du parcours. « Les marches sont assez casse-pattes mais elles arrivent au bout de 3 km donc ça va, » analyse après la course Christophe Després, 3e du 13 km et 1er de la catégorie Master 2 (49-59 ans) en 53 minutes.

« Les huit premiers kilomètres sont vallonnés et après on finit sur un tracé roulant, j’ai effectué une belle performance sachant que le terrain était gras, c’est une bonne préparation dans l’optique du cross départemental qui va avoir lieu en janvier », souligne le licencié du Souffle d’Orgerus. L’événement était aussi l’occasion pour les plus jeunes de se dégourdir les jambes.

Environ 200 enfants, garçons et filles, ont pris part aux différentes courses qui leurs étaient consacrées sur le terrain de foot du stade municipal. Un parcours de 1,5 km était proposé aux enfants âgés de six à douze ans alors qu’une course de 3 km concernait les adolescents âgés de 12 à 16 ans. « Je suis là car j’ai envie de manger du chocolat », avoue fièrement Rose, 11 ans. Le temps d’une matinée, le mot chocolat était sur toutes les lèvres.

PHOTOS : LA GAZETTE EN YVELINES