Au 1er janvier 2019, Mantes-en-Yvelines Habitat, bailleur historique du Mantois, sera intégré au sein des Résidences Yvelines-Essonne, premier bailleur de la communauté urbaine Grand Paris Seine et Oise. Les locataires conserveront leurs interlocuteurs de proximité, puisque deux tiers des collaborateurs de Mantes-en-Yvelines Habitat resteront à Mantes-la-Jolie.

Fondé par décret dans les années 1920, Mantes-en-Yvelines Habitat répondait « à un besoin de relogement, un besoin de proposer des habitations à faible loyer », précise Françoise Quintin, directeur général du bailleur mantais. L’office s’est développé avec la construction du quartier du Val Fourré et le lancement de sa première opération en 1963, rue Arago. Il compte aujourd’hui dans son patrimoine 2 370 logements répartis dans tout le Mantois.

« Nous avons toujours été rattachés aux collectivités », précise Françoise Quintin de son fonctionnement. A la naissance de Grand Paris Seine et Oise, « la question s’est posée de garder un outil habitat, localisé sur seulement un secteur », poursuit le directeur général. Choisir de garder une société HLM telle que Les Résidences Yvelines-Essonne en tant que bailleur référent apparaissait ainsi « plus pertinent ».

« Nous partageons les mêmes valeurs de confiance, proximité et de rester proches des collectivités », explique Françoise Quintin de cette intégration. Elle permettra également d’apporter plus de capacités « d’ingénierie et de moyens financiers », le nouveau bailleur doublant ainsi sa capacité de logements sur le Mantois.
Plus « d’ingénierie »
Pour la communauté urbaine également, cette intégration est synonyme de simplification. « L’élaboration du Plan local d’habitat intercommunal est facilitée, souligne Françoise Quintin. De plus, avec le statut de société anonyme, il y a moins de contraintes administratives. »

Pour les locataires du Mantois, « rien ne va changer », assure Françoise Quintin. La direction des Résidences Yvelines-Essonne, située auparavant rue Costes et Bellonte, sera transférée d’ici quelques mois à celle de Mantes-en-Yvelines Habitat, rue Charles Gounod.

Les deux tiers des 60 salariés de Mantes-en-Yvelines Habitat resteront sur le secteur « en particulier les gardiens d’immeubles, les agents d’entretien et la régie », souligne Françoise Quintin qui insiste sur une chose : « Les interlocuteurs de proximité seront conservés. » Elle pointe également pour les collaborateurs « des perspectives d’évolutions » intéressantes du fait de cette cession.
« Rien ne va changer »
Une communication a été réalisée auprès des locataires du parc immobilier depuis le 15 décembre dernier. « Fabrice Taurisson, le directeur d’agence de Mantes-la-Jolie pour Les Résidences Yvelines-Essonne a également rencontré les différents comités de locataires », détaille Françoise Quintin de la prise de contact auprès des différents représentants des locataires.

CREDIT PHOTO : MANTES-EN-YVELINES HABITAT