Cette portion de route de moins d’un kilomètre et demi était attendue depuis plusieurs décennies. Devant continuer la rue Descartes jusqu’à la route du Bois des remises et desservir également le pôle Léo Lagrange, la voie Bérégovoy était sur les lèvres des élus muriautins et des entreprises de la zone d’activité économique des Garennes, située à l’Ouest de la Ville et créée en 1984.

Pour la mairie, cette voie passant à proximité du nouveau pôle culturel et sportif Léo Lagrange est un axe permettant de traverser la ville d’Ouest en Est, sans passer par le centre-ville. Pour les 130 entreprises implantées dans la ZA des Garennes, cette route leur permettra de rejoindre plus facilement l’A13 via Flins-sur-Seine. Et d’attirer de nouvelles entreprises ?

Sa réalisation semble aujourd’hui enfin se concrétiser. La communauté urbaine Grand Paris Seine et Oise (GPSEO), dont dépend la compétence voirie, est en train de faire réaliser des études environnementales. Philippe Tautou (LR), président de GPSEO, ainsi que François Garay (DVG), maire muriautin, espèrent ainsi que le premier coup de pelle pourra être donné en début d’année prochaine. Le coût total de l’opération est de cinq millions d’euros.

« On peut dire que son accès [à la zone des Garennes], était un peu confidentiel », reconnaît Philippe Tautou. « Sur une vue aérienne, c’est un axe qui coule de source », enchaîne-t-il de cette volonté de désenclaver le lieu, qui, avec ses 3 400 emplois, est la plus grande zone d’activités de la vallée de Seine. L’accès par cette nouvelle voie permettra à GPSEO de « dégager un peu de foncier et d’accueillir de nouvelles entreprises », ajoute Philippe Tautou.

En septembre 2017, la mairie des Mureaux a rétrocédé plusieurs terrains communaux dédiés à l’aménagement de cette voie, pour près de 504 000 euros. « Cet axe Bérégovoy va permettre de relier la zone des Garennes au stade Léo Lagrange, détaille-t-on en mairie. Cela va à la fois permettre de créer une transversale Est-Ouest, car aujourd’hui, si vous venez par le parc d’activités, il faut quasiment passer par le centre-ville pour rejoindre l’A13. C’est un axe qui manquait. »

La réalisation de cette route, bordée de pistes cyclables et de trottoirs, est aussi pour la municipalité « indispensable » à la bonne desserte de la nouvelle caserne des sapeurs-pompiers afin de leur permettre d’intervenir plus rapidement. La voie Bérégovoy était également vivement souhaitée par les entreprises présentes, à l’image d’Options. L’entreprise spécialisée dans l’événementiel a quitté ses locaux orgevalais en 2007 pour y implanter son siège social aux Mureaux.

« C’était entre guillemets une condition, au moment de leur arrivée, que cet axe soit mis en place, pour eux, au niveau logistique, c’était très important », rappelle du contexte la municipalité. La réponse est un peu plus nuancée du côté de l’entreprise, où plus de 400 personnes sont employées. « La mairie a mis cela dans la balance, mais ce n’est pas forcément cela qui y a été déterminant », explique-t-on, avant de préciser que « l’axe aurait dû être réalisé dans les deux ans suivant notre arrivée ». Pour la centaine de livraisons quotidiennes que l’entreprise effectue, la voie Bérégovoy représente cependant un sérieux atout, notamment afin de rejoindre l’autoroute.

PHOTO : ILLUSTRATION / LA GAZETTE EN YVELINES