Dans la nuit du 18 janvier dernier, les monnayeurs du péage de Buchelay avaient été dégradés. Les auteurs « avaient mis de la mousse expansive, de la peinture et lancé des fumigènes », rappelle des faits une source proche du dossier. Surpris dans son action, le petit groupe avait fui.

Mais sur place, les enquêteurs trouvent une piste intéressante. « L’un d’entre eux avait perdu un ticket de carte bleue correspondant à l’achat de fumigènes dans une armurerie parisienne », poursuit cette même source. Pour la Société d’autoroutes Paris-Normandie, le préjudice s’élève à 9 900 euros.

A partir de ce ticket, les policiers remontent la piste et interpellent trois membres de cette « action commando » le 29 janvier à Paris et Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne). L’un d’entre eux « avait déjà été placé en garde à vue » suite à la manifestation du 5 janvier à Paris. Tous ont reconnu les faits qui leur étaient reprochés. Ils comparaîtront devant le tribunal de Versailles en mars prochain.

PHOTO : ILLUSTRATION / LA GAZETTE EN YVELINES