Combien a coûté le bureau du maire de la commune ? Le sujet a fait couler beaucoup d’encre ces dernières semaines. En décembre dernier, Le Parisien révèle que la municipalité s’apprête à débourser la somme de 35 096,55 euros HT dans l’achat de mobilier destiné au bureau du premier magistrat de la commune Christophe Delrieu (DVD). L’opposition municipale dénonce un « dérapage » manifeste de la mairie (voir encadré), la polémique enfle et touche les médias nationaux.

L’édile carriérois se défend, arguant du contexte d’un vaste chantier de réaménagement de l’hôtel de ville. L’acte d’engagement de la mairie, sujet de l’indignation, fait état d’un montant de 35 096,55 euros concernant « l’achat de mobilier pour le bureau du maire ». La délibération prise lors du conseil municipal du jeudi 13 décembre précise pour sa part que « les mobiliers des élus ont été regroupés sous cet intitulé générique ».

« Le marché s’intitule : bureau du maire. Mais il s’agit d’un titre générique car il y a tout dedans, avance Christophe Delrieu (il n’a pas été possible à La Gazette d’obtenir de justificatifs, malgré plusieurs demandes, Ndlr). C’est un lot dans un marché global avec des tables basses, des chaises, des canapés, des tables de réunion, des armoires et le bureau qui doivent équiper le salon d’accueil, des salles de réunion et le bureau du maire. Tout cela est dispatché dans l’ensemble de la mairie. »

Dans le détail, ce lot comprendrait, selon l’élu : le bureau du maire, des chaises de bureau, une desserte, une bibliothèque, trois tables basses, un canapé, une table de réunion et 14 chaises pour un montant de 35 096,55 euros. S’ajoutent aussi plus de 100 000 euros pour rénover le hall d’accueil, les salles de convivialité et la salle des mariages. Selon Christophe Delrieu, « une chose est sûre : le bureau du maire n’a pas coûté 35 096,55 euros ». L’élu évoque la somme de « 3 965 euros HT pour l’achat de ce mobilier ».

Mais, la polémique ne s’arrête pas là. « L’opposition dit qu’un designer est intervenu pour nous conseiller et aurait facturé ses services à hauteur de 27 000 euros, poursuit l’élu. C’est faux, il n’y a aucun designer qui est intervenu à l’hôtel de ville et on n’a jamais dépensé 27 000 euros. On fait circuler de fausses informations. »

« Les élus d’opposition foutent le bordel pour essayer d’exister, martèle Christophe Delrieu. Il faut arrêter de croire ces âneries. Il y a juste une décoratrice d’intérieur qui est intervenue pour gérer l’harmonie globale esthétique de la mairie et qui facture ses services à hauteur de 16 000 euros, mais qu’il faut rapporter aux 8 900 m² de surface de l’hôtel de ville et pas seulement à mon bureau, confie le maire qui souhaite désormais mettre fin à cette querelle. Ce sont de fausses informations que nos concitoyens finissent par croire et qu’il nous faut sans cesse démentir, cela nous prend un temps fou. »

L’opposition s’indigne de ce « dérapage »

Le groupe des élus d’opposition Agir en commun pour Carrières a tenu à réagir à cette dépense qu’il qualifie de « fantasque et de nouveau dérapage au regard de la pression fiscale subie par les habitants carriérois ». Dans un communiqué, ils font savoir que « le maire de Carrières-sous-Poissy dépense sans compter pour rénover l’hôtel de ville : après avoir engagé plus d’un million d’euros pour les travaux, sans faire la moindre demande de subvention, et embauché un designer d’intérieur pour près de 27 000 euros, il a décidé une dépense de 141 480,13 euros (HT) pour du mobilier dont 35 096,55 (HT) pour son bureau et celui des élus majoritaires », peut-on lire.

PHOTO : ARCHIVES / LA GAZETTE EN YVELINES