C’est désormais au sein du centre social municipal, à proximité du centre commercial Espace, que le Planning familial yvelinois a emménagé depuis la fin du mois de décembre. Auparavant située au sixième étage du centre hospitalier intercommunal de Saint-Germain-en-Laye, l’association était à la recherche d’un local plus visible, plus accessible. Elle a finalement choisi de s’implanter aux Mureaux, municipalité avec laquelle elle travaille depuis plus de dix ans. Il s’agit du seul site de l’association dans le département.

« Nous ne sommes pas un centre de planification, insiste tout d’abord Claire, une des cinq salariés de l’association et animatrice prévention. Nous n’avons pas de médecins et nous n’effectuons pas de consultations médicales. » Le travail de l’association, de ses salariés et de ses bénévoles, se concentre principalement sur l’accueil et l’écoute du public sans rendez-vous les lundis et mercredis de 14 h à 18 h. Il est également possible de prendre rendez-vous les mardis et les jeudis pour aborder les questions de sexualité, de genre et d’égalité.

Cependant, « la plus grosse partie de nos interventions se fait à l’extérieur », souligne Claire. Des interventions sont notamment réalisées dans des espaces jeunes, des centres d’accueil de demandeurs d’asile. « C’est un travail dans la durée, nous organisons trois séances par an au sein des espaces jeunes, des missions locales », poursuit la salariée.

L’association tient également une fois par mois une permanence au point d’information jeunesse aubergenvillois. Des groupes de paroles sont également organisés. Au sein de ses locaux, le Planning familial envisage également d’organiser des formations à destination des animateurs et des directeurs de ces différentes structures.

Présent lors de l’inauguration, le 19 février dernier, François Garay (DVG), maire muriautin apprécie particulièrement le choix de l’association : « On entend aujourd’hui beaucoup de choses, on ne peut pas laisser passer sans qu’il y ait une action derrière. […] Ici, il y a une confrontation entre toutes les communautés, toutes les cultures. »

Du travail à mener, il développe plusieurs axes : « Il faut avoir une approche par rapport au numérique […] Il y a aussi un travail sur les hommes à faire, par rapport aux dépistages. » Le Planning familial yvelinois, se concentre aussi sur une approche de la sexualité pour les handicapés. « Nous évoquons beaucoup la notion d’intimité, du droit à l’intimité », précise Claire, en montrant plusieurs affiches représentant différentes parties du corps.