Cet hiver encore, l’épidémie de grippe a frappé le pays sans épargner la vallée de Seine. Dans les hôpitaux de Mantes-la-Jolie comme de Poissy, il a fallu s’organiser pour faire face à l’afflux de patients : des mesures de protection ont été prises, aboutissant notamment à une hausse du taux de vaccination du corps médical, même si l’efficacité du vaccin s’est avérée plus faible que les autres années.

L’afflux « habituel à cette période » a contraint à s’adapter. « Il y a eu entre 150 et 160 hospitalisations de plus qu’en 2018 sur la période janvier-février », rapporte Stéphane Hazan, président de la Commission médicale d’établissement (CME) de l’hôpital de Mantes-la-Jolie, qui précise que ces chiffres ne concernent pas que les cas de grippe.

« On est très tendus sur le nombre de lits, poursuit le chef de service. On ferme ceux dont on n’a pas besoin le reste de l’année, mais sur cette période, ça déborde, et quand on rouvre des lits, on a besoin de personnels supplémentaires. » À Mantes-la-Jolie comme à Poissy, du personnel a été rappelé. « Souvent, cela passe par des heures supplémentaires, poursuit Stéphane Hazan. On peut également faire appel à des intérimaires. »

Jean-Christophe Seguier, vice-président de la CME de l’hôpital de Poissy, indique de son côté : « On a donné l’alerte un peu plus tôt que le début de l’épidémie pour éviter les risques de transmission. Toute personne qui pénétrait dans les services devait porter un masque. Maintenant, l’alerte est un peu levée, mais nous ne sommes pas à l’abri d’un deuxième pic. »

« On a beaucoup insisté sur la vaccination du personnel médical, poursuit-il. Nous sommes à 35 % de vaccinés, avant, c’était plutôt entre 18 et 20 %. » Néanmoins, l’efficacité de ce vaccin s’est avérée plus limitée que les autres années, avec des souches virales parfois différentes de celles anticipées. « Un certain nombre de patients pour syndrome grippal, 20 % environ, sont déjà vaccinés », relève ainsi Jean-Christophe Seguier.

Combien de malades dans la région ?

D’après le dernier point épidémiologique du ministère de la santé, l’épidémie est désormais en forte diminution en Île-de-France. Le réseau de détection Sentinelles indique 120 consultations hebdomadaires pour syndromes grippaux pour 100 000 habitants, contre 163 consultations la semaine précédente. Depuis le début de la surveillance, au mois d’octobre, « 5 700 décès [sont] attribuables à la grippe » en France.