Suite au procès du 21 février au tribunal de Versailles, le directeur de l’abattoir de Houdan Vincent Harang, trois de ses ex-salariés et un fonctionnaire de la Direction départementale de la protection des populations (DDPP) ont été condamnés vendredi à verser entre 600 et 3 300 euros d’amende, comme le révèle Le Parisien.

En 2017, l’association L214, à l’origine de la plainte contre l’abattoir, avait diffusé une vidéo sur laquelle on voyait les employés infliger coups et décharges électriques aux cochons. Vincent Harang était pour sa part poursuivi pour installations non conformes, locaux mal aménagés et manque de formation du personnel. À l’issue du procès, le directeur a été condamné à verser 2 500 euros d’amende, le fonctionnaire 750 euros et les trois employés entre 600 et 3 300 euros.

Ces quatre derniers devront également verser chacun 200 euros de préjudice moral aux huit associations parties civiles, ainsi que 2 600 euros de frais de justice. Vincent Harang a, lui, été exempté de dommages et intérêts puisqu’il « n’a pas été reconnu coupable des actes de violences infligés aux cochons », peut-on lire dans le quotidien francilien, qui indique que l’avocat de la défense aurait exprimé son intention de faire appel.