Pour la première fois, ils se sont rassemblés à une petite dizaine la semaine dernière sous le kiosque du bord de Seine, à Meulan-en-Yvelines. Les Gilets jaunes ont décidé de tenir un point d’information et de discussion chaque jeudi à partir de 18 h afin de sensibiliser et parler de leurs ­revendications.

« On est là pour essayer d’ouvrir l’esprit aux gens qui ne peuvent pas se déplacer sur les manifestations », explique Virginie Surel. Cette mère de quatre enfants vit avec 860 euros d’allocations aux adultes handicapés mensuels. Elle rappelle les principales revendications du mouvement : mise en place du référendum d’initiative citoyenne (RIC), hausse du SMIC, suppression de la CSG pour les retraités ou encore suppression des taxes sur l’essence et les produits de première nécessité.

« Il y a deux ans, je payais 120 euros de courses par semaine pour ma famille, maintenant, on est à 180 euros pour quasiment les mêmes produits », ajoute Franck. Comme Virginie, il a déjà participé à plusieurs manifestations depuis le début du mouvement. « Tout est fait pour que les gens soient taxés de manière répressive. Je n’ai plus confiance en ce gouvernement », regrette le père de famille.