La réflexion avait été engagée l’été dernier, elle se concrétisera au mois de septembre prochain. Le maire de Rosny-sur-Seine, Pierre-Yves Dumoulin (LR), et son homologue buchelois, Paul Martinez (UDI), vont partager une seule et même police municipale. Mettant en valeur les similitudes entre leurs deux communes, notamment en ce qui concerne les actes de délinquance, ils souhaitent notamment que cette police puisse intervenir sur les délits environnementaux, avec les dépôts sauvages en ligne de mire.

« Nous avons déjà plusieurs dossiers en commun, nos communes sont quasi-identiques, relève ainsi Paul Martinez. Nous avons une majorité d’habitats pavillonnaires avec des problématiques péri-urbaines de petite délinquance, de squats, d’installations illégales. » Pierre-Yves Dumoulin renchérit : « Il y a effectivement une hausse de la petite délinquance, des problèmes de ­stationnement… »

Une fois complète, cette police sera composée de cinq policiers et deux ASVP. « Nous sommes dans les ratios, pour une commune de 9 000 habitants », souligne Paul Martinez (au centre), maire de Buchelay.

Les deux élus insistent sur une mission de « médiation, de police du quotidien », mais reconnaissent qu’une part importante de leur travail sera « une politique de flagrant délit », notamment pour ce qui concerne les problèmes liés à l’environnement, compte tenu de la présence de plusieurs massifs forestiers sur le territoire. « Nous allons mettre en place un dispositif de lutte contre les dépôts sauvages », détaille Pierre-Yves Dumoulin. Il évoque l’installation « d’une dizaine de trappes-photos », similaires à celles installées en forêt de Saint-Germain-en-Laye, afin de pouvoir identifier les auteurs. L’ élu a également constaté « une recrudescence des dépôts à côté des déchetteries ».

Buchelay ne compte pour l’instant qu’un agent de surveillance de la voie publique (ASVP), tandis qu’à Rosny-sur-Seine, deux policiers municipaux sont présents en plus de l’ASVP. « Il y a aussi un problème d’effectifs et d’amplitude horaire », poursuit le maire rosnéen des effectifs actuels. Une fois complète, cette police sera composée de cinq policiers et deux ASVP.

« Nous sommes dans les ratios, pour une commune de 9 000 habitants », souligne Paul Martinez. Pour Buchelay, le coût de création de cette police pluri-communale s’élève à « 120 000 euros » puis à « 75 000 euros » de fonctionnement. Un agent administratif sera également recruté, afin de tenir des permanences.

Si à Rosny-sur-Seine, la police municipale dispose déjà de locaux près de la mairie, à Buchelay, Paul Martinez envisage la création d’une antenne dans le quartier des Meuniers, près des zones de Mantes université et Mantes innovaparc. « Nous avons le souhait de développer la présence des services publics dans ce secteur », conclut l’édile buchelois.