Annoncée depuis 2007, la départementale qui doit permettre de délester de voitures les centres-villes de Verneuil et de Vernouillet n’est toujours pas sortie de terre. De nombreux habitants ont protesté le samedi 16 mars dernier aux côtés de Bernard Desthombes, président de l’association Adiv environnement et Jean-Pierre Grenier, président de Bien vivre à Vernouillet.

Alors que les travaux préparatoires, notamment le diagnostic archéologique et le défrichement ont débuté, Jean-Pierre Grenier garde espoir de faire reculer le département: « Il y a encore de nombreux obstacles pour que le projet ne se fasse pas. Le projet doit produire un dossier de dérogation et de destruction d’espèces protégées. Il n’est pas dit que le département gagne ».

Du côté du Département, on annonce que ce projet aura bien lieu : « Le département porte la volonté de mener à bien ce projet qui contribuera à l’amélioration des déplacements et de leurs conditions de sécurité pour tous les usagers. »

L’institution détaille du calendrier :  « Le projet de déviation de Verneuil-sur-Seine et Vernouillet devrait entrer dans sa phase opérationnelle à la fin de l’année 2019, à l’issue des procédures réglementaires. »