Depuis quelques semaines, des rumeurs de tentatives d’enlèvement par des personnes rôdant en camionnette blanche enflent sur les réseaux sociaux. Cette rumeur, qui perdure depuis une petite décennie en France, a conduit à la fin du mois de mars au lynchage de communautés Roms en Seine-Saint-Denis. Ces prétendus rapts d’enfants ont touché eux aussi Mantes-la-Jolie, notamment suite à une brève publiée sur le blog local Mantes actu, et instauré un climat de suspicion. Les autorités et les élus appellent au calme mais continuent de suivre cette affaire de près.

Il y a une dizaine de jours, une communication du FC Mantois aux parents aurait mis le feu aux poudres à Mantes-la-Jolie. Le club de football aurait averti les parents que certains enfants du club auraient failli être enlevés par une camionnette blanche en sortant de leur séance d’entraînement, au stade Jean-Paul David. Le club aurait demandé aux parents de prendre leurs dispositions pour récupérer leurs enfants. Contacté, le club n’a pas répondu à nos sollicitations.

Cette information a été relayée rapidement sur les réseaux sociaux, le FC Magnanville transmettant également l’information par courriel. Cependant, lors d’une réunion de quartier le 26 mars dernier à l’école des Anémones, dans le quartier du Val Fourré, le maire de Mantes-la-Jolie, Raphaël Cognet (LR), a indiqué : « Rien n’a été signalé . Nous n’avons eu aucune plainte, aucun signalement des policiers. » Avant de reconnaître : « Honnêtement, on ne sait pas d’où est parti le truc. »

Plus tôt dans la journée, c’est une jeune fille du collège de Gassicourt, âgée de 13 ans, qui avait appelé la police pour indiquer qu’elle était suivie par une personne qui lui courait après. Les policiers n’auraient pas réussi, durant l’appel téléphonique, à récolter des informations concrètes, et la collégienne aurait raccroché. Malgré de nombreux rappels, la jeune fille ne répondait plus.

Par mesure de sécurité, des agents sont envoyés sur les lieux. Au bout de deux heures, ils parviennent à identifier la jeune fille. « Ils ont interrogé l’enfant, ils l’ont rassurée. […] Une fois mise en confiance, la gamine a reconnu avoir tout inventé. Elle était venue à l’école et elle avait vu une camionnette blanche, a contextualisé Pierre Bédier (LR), président du Département et ancien maire mantais lors de cette même réunion de quartier. Sa maman, lui a tellement raconté qu’il y avait des camionnettes blanches qui enlevaient des enfants, qu’elle s’est auto-persuadée qu’on avait voulu essayer de l’enlever. » L’adolescente aurait écopé d’un rappel à la loi, rapporte actu.fr.

« C’est tellement devenu un truc fou que quand vous paniquez, vous paniquez vos propres enfants […], insiste Pierre Bédier en appelant les habitants au calme le soir de la réunion de quartier. On a tous des enfants ou des petits-enfants. Ne créez pas de psychoses. C’est très dangereux parce que cela peut déboucher sur du grand n’importe quoi. »

Mantes-la-Ville : la paranoïa touche le McDonald’s

Dans la soirée du mardi 26 mars, un SDF de 31 ans d’origine polonaise a été interpellé dans les toilettes du Macdonald’s mantevillois. Il était soupçonné d’avoir voulu enlever deux fillettes de quatre et sept ans. Entendu par les policiers, l’homme aurait expliqué être entré dans les toilettes pour pouvoir se laver et aurait été surpris par les fillettes et leur aurait fait peur, indique le site internet Infonormandie.fr. Il a fait l’objet d’un internement psychiatrique, après examen par un médecin.