Grand jour pour le collège Jacques Cartier. Mardi dernier était inaugurée la nouvelle cuisine de la cantine, créée pendant les vacances de février. À l’occasion de cette inauguration, C’midy, société d’ économie mixte créée en octobre 2018, regroupant Sodexo, actionnaire à 65 %, et le conseil départemental des Yvelines à 35 %, avait fait appel à Mathieu Jianec, chef de l’école Lenôtre, pour préparer les desserts des collégiens.

La cuisine du collège issoussois fait partie des 19 nouvelles créées dans le cadre de la réforme (65 collèges avaient déjà une cuisine sur place, Ndlr), ayant notamment abouti à une harmonisation départementale des tarifs. La première société d’économie mixte de France, chargée dans le cadre d’un constat de 400 millions d’euros sur sept ans de la gestion des cantines des collèges, soit 48 000 repas par jour depuis le 1er janvier.

À Issou, où le collège accueille 410 demi-pensionnaires, depuis plus de deux semaines, le chef d’équipe Franck Poncin prépare ses menus dans la cuisine neuve. Les repas seraient désormais composés de produits issus d’une agriculture « responsable » à 68 %. « Le taux de produits bio est de 30 % depuis le premier mois de l’année et atteindra les 50 % en 2025 », annonce C’midy qui assure : «La part des produits issus de circuits courts est de 30 % aujourd’hui et sera de 40 % en 2025. »

Les élèves découvrent les desserts réalisés par le chef de l’école Lenôtre, Mathieu Jianec. Carottes râpées flinoises et daube provençale au bœuf charolais sont au menu, en plus de ses verrines.

Ce mardi-là, carottes râpées de Flins-sur-Seine et daube provençale au bœuf charolais sont au menu, en plus des verrines préparées par le chef Mathieu Jianec. Le menu semble ravir les collégiens, qui sortent avec des plateaux vides. « On a tout de suite remarqué la différence dans les repas, c’est meilleur qu’avant » explique un élève de 3ème. « C’est beaucoup plus diversifié, ça change », ajoute son camarade.

L’incident du collège de la Mauldre, à Maule, semble donc être un mauvais souvenir pour C’Midy. Les collégiens y avaient appelé fin janvier au boycott de la cantine pour dénoncer la baisse de la quantité et de la qualité des menus. « Ce sont des problèmes que l’on peut rencontrer avec l’harmonisation des services dans le cadre de cette réforme », explique-t-on de ce mécontentement au Département. Cécile Dumoulin (LR), conseillère départementale du canton de Limay, chargée des collèges, dresse quant à elle « un bilan positif » de la mise en place du nouveau système, même si elle reconnaît qu’il y a eu « des problèmes d’organisation » au lancement.