Le 6 avril dernier, une opération coordonnée par le Comité opérationnel départemental anti-fraude a été menée au marché du Val Fourré, dans le secteur des Ecrivains, rapporte le site actu.fr. Trois camionnettes où se trouvaient des produits contrefaits ont été saisies et trois commerçants interpellés et placés en garde vue pour travail dissimulé.

En parallèle, trois placiers de la société Mandon (gestionnaire des marchés de Mantes-la-Jolie depuis janvier 2018, Ndlr) ont également été arrêtés par les forces de l’ordre, car ayant sur eux de l’argent dont ils ne pouvaient justifier la provenance. Une source proche du dossier précise à nos confrères qu’une « différence de 1 000 euros entre le montant des quittances relatives à la perception du droit de place et l’argent retrouvé sur eux » a été retrouvée.

L’opération ferait suite aux plaintes reçues par le parquet de Versailles et le commissariat de commerçants en règle. Cependant, suite à ces interpellations, un mouvement de grève a eu lieu le dimanche suivant, seuls les commerçants de fruits et légumes ont déballé. Ce mouvement s’est poursuivi la semaine dernière, aux jours habituels de tenue du marché. Une pétition en soutien aux placiers a été lancée.

Le lendemain, lundi 8 avril, la question s’est invitée au conseil municipal mantais. « Il y a une mise en cause de la nature des produits et de la gestion des placements, a souligné Joël Mariojouls, conseiller d’opposition d’Ensemble pour une gauche citoyenne. Nous souhaiterions que vous nous communiquiez toutes les informations que vous avez à votre ­disposition.» La réponse du maire Raphaël ­Cognet est claire : « Je n’en sais pas beaucoup plus que vous […] Je ne peux pas vous répondre sur les sommes justifiées et injustifiées. » De la relation avec la société Mandon, « ce qui nous relie c’est une délégation de service public, c’est à eux et leurs salariés de s’expliquer », poursuit-il, précisant que la tenue du marché du Val Fourré était « nécessaire ».

Vendredi 12 avril, plusieurs dizaines de commerçants se sont rendus devant la mairie mantaise en signe de protestation, indiquait Le Parisien. Le quotidien francilien indique également que l’enquête est désormais confiée à la brigade financière de la police judiciaire de Versailles.