Le Conseil national de la protection de la nature (CNPN) a récemment rendu un deuxième avis concernant la construction du nouveau centre d’entraînement du PSG. Après un premier avis défavorable, celui-ci s’est concentré sur les insuffisances concernant la protection du site et de l’environnement qui avaient été soulevés en octobre 2018. Un avis favorable mais tout de même soumis à des conditions.

Plusieurs points sont soulevés. Le CNPN préconise que les végétations présentes dans les espaces non-réservés à l’entraînement ne devront pas faire l’objet de traitement avec des produits phytosanitaires. Il demande à ce qu’ « un verger » soit récréé sur le site. Concernant la gestion écologique, le CNPN demande à ce qu’elle soit gérée par un organisme habilité et reconnu et qu’un plan sur 30 ans soit dès à présent programmé. Le site de 75 hectares est découpé en deux zones, l’une de plus de 36 hectares à enjeux biologiques forts, l’autre de 38 hectares à enjeux plutôt faibles. Pour correspondre aux attentes du CNPN, les gestionnaires du site vont devoir trouver 20 hectares supplémentaires pour permettre de compenser la perte en biodiversité sur les zones à forts enjeux.