Il déménagerait de moins de 2 km, mais ce déplacement probable a provoqué la colère de la maire d’Issou, qui tente de mobiliser ses administrés. Le supermarché Lidl d’Issou devrait bientôt quitter la commune, pour s’installer dans celle de Guitrancourt, toujours le long de la RD190, au croisement avec la rue de Mantes. L’enseigne, désireuse de s’agrandir dans le cadre de son opération nationale de modernisation de ses magasins, attend la validation de son permis de construire afin d’acquérir les terrains privés ­nécessaires.

L’été dernier, la mairie d’Issou apprend l’existence d’un projet de déménagement du Lidl, ­actuellement situé au coeur de la commune. La maire Martine Chevalier (SE) s’y oppose et appelle ses homologues des communes voisines à refuser les offres de l’entreprise… finalement sans succès. « Lidl était bien content d’avoir Issou pour s’implanter dans le secteur », peste aujourd’hui l’élue contre l’enseigne (qui n’a pas répondu à nos sollicitations, Ndlr).

Aujourd’hui, une pétition contre ce départ a été publiée sur le site de la mairie. Car pour l’édile issoussoise, le départ de cette moyenne surface alimentaire, décidé afin de pouvoir créer un magasin plus conforme à sa stratégie actuelle, sonne comme un coup de tonnerre. « Le Lidl d’Issou est un service à la personne, tonne Martine Chevalier. De nombreux habitants n’ont pas de véhicule et n’ont aucune alternative pour faire leurs courses. »

Le ton est très différent chez son homologue élu de Guitrancourt. « Les riverains étaient dérangés par les livraisons nocturnes, et ils voulaient plus grand, faire leur nouveau style de magasins, mais à proximité, rappelle Patrick Dauge (SE). La maire d’Issou n’avait rien d’autre à proposer, il s’avère que nous avions des terrains appartenant à des ­particuliers, des biens vacants sur lesquels nous étions ­repreneurs. »

« Le fait de voir une moyenne surface s’ouvrir chez nous, c’est du bonheur pour les habitants, c’est un magasin de proximité », se félicite l’édile SE de Guitrancourt.

Lidl a déposé un permis de construire le 8 novembre, toujours en instruction à ce jour. « Le fait de voir une moyenne surface s’ouvrir chez nous, c’est du bonheur pour les habitants, c’est un magasin de proximité », se félicite l’édile. Il évoque également ceux des villages alentours, tels Brueil-en-Vexin ou Sailly : « Ils seront certainement ­satisfaits. »

Face à la disparition du seul supermarché de sa commune, Nicole, retraitée habitant à Issou et croisée mardi 30 avril, apporte son soutien. « Je vais signer la pétition. Si Lidl s’en va, les personnes non véhiculées comme les retraités vont faire comment pour faire leurs courses ?, s’interroge-t-elle. Ils vont devoir faire 2 km de marche. »

Au-delà du déménagement lui-même, la maire d’Issou accuse celui de Guitrancourt de lui avoir menti. « Lors de nos échanges, [il] m’a dit qu’aucun permis de construire n’avait été déposé à la mairie par Lidl, déplore-t-elle. Or en me déplaçant à la mairie, j’ai pu constater qu’il y en avait un et qu’il ne m’a pas prévenue. » Une accusation que réfute l’intéressé : « Je lui ai dit que je l’informerai du déroulement des choses, à ce jour, aucune validation de permis de construire n’a été annoncée. »

« Je regarde les intérêts de mon village et pas des autres communes, répond fermement Patrick Dauge de ce conflit entre élus. C’était à elle de prendre ses précautions avant. » Il fait par ailleurs remarquer que l’arrivée de l’enseigne de distribution à Guitrancourt « évite d’augmenter les impôts » grâce aux taxes versées par Lidl : « Ce n’est pas négligeable pour nous. »