La branche du RER A qui dessert Poissy pourrait disparaître en 2024, avec la mise en service du RER E (projet Eole, Ndlr). En contrepartie, les usagers de la ligne pourraient alors emprunter la ligne L : ses trains desservent actuellement Achères-Ville, Conflans-fin-d’Oise et les gares de Cergy, ils seraient alors intégralement redirigés vers Poissy.

L’étude portant sur cette nouvelle répartition des lignes a été évoquée par Valérie Pécresse (LR), présidente du conseil régional et d’Ile-de-France mobilités, lors d’une réunion tenue avec des représentants d’usagers à Cergy-Pontoise, au conseil départemental du Val d’Oise. Le remplacement par le RER E de la ligne J5, de Paris à Mantes-la-Jolie via Poissy, pourrait donc ne pas être le seul changement de grande ampleur lié au projet Eole dans les Yvelines.

À ce stade, la fin du RER A à Poissy, déjà dévoilée dans La Gazette en 2017, est toujours une hypothèse, mais elle l’est maintenant depuis plusieurs années. Face à cette annonce de Valérie Pécresse, les associations d’usagers du RER A sont dubitatives, attendant surtout des solutions à court terme pour pallier les difficultés actuelles. Chez les élus dont les villes sont desservies par ces deux lignes, cet éventuel changement ne fait pas l’unanimité, sans créer pour autant d’inquiétude directe.

Le remplacement par le RER E de la ligne J5, de Paris à Mantes-la-Jolie via Poissy, pourrait ne pas être le seul changement de grande ampleur lié au projet Eole dans les Yvelines.

À la mise en service du RER E, toujours prévue pour 2024 jusqu’à Mantes-la-Jolie, les usagers de la branche Poissy du RER A pourraient ne plus avoir de ligne directe permettant de rejoindre Paris par les stations Charles de Gaulle-Étoile ou Gare de Lyon. Pas de changements concernant l’accès à La Défense ou la gare Saint-Lazare, ces deux stations seraient en effet desservies à la fois par le RER E et la ligne L.

Le RER A n’aurait alors plus que deux terminus à l’Ouest de Nanterre-préfecture, l’un à Saint-Germain-en-Laye, l’autre à Cergy-Le-Haut, en passant par Conflans-Sainte-Honorine et Achères. Les usagers de la branche Cergy ne partageraient donc plus leurs RER A avec Poissy, mais se retrouveraient sans l’accès direct à Paris Saint-Lazare qui est assuré par la ligne L qui ­dessert les mêmes gares.

« Est-ce-que Poissy aura toujours la A plus Eole ? » s’interroge Thierry Robin, Achérois et chargé de mission mobilités au sein du Collectif d’associations pour la défense de l’environnement des boucles de la Seine (Cadeb). Présent lors de l’annonce faite le 15 mars par la présidente d’Ile-de-France mobilités, l’organisme satellite de la région en charge du réseau de transports, cet usager du RER A s’interroge : « Est-ce-qu’on maintient la L sur Cergy ou est-ce-qu’on bascule la L sur Poissy ? »

Chez les élus dont les villes sont desservies par ces deux lignes, cet éventuel changement ne fait pas l’unanimité, sans créer pour autant d’inquiétude directe.

« Île-de-France mobilités, aujourd’hui, n’a pas tranché », rapporte Pierre-Yves Dumoulin (LR), vice-président de la communauté urbaine Grand Paris Seine et Oise (GPSEO) en charge des transports. Le conseil régional et Île-de-France mobilités n’ont pas répondu aux sollicitations de La Gazette à ce sujet. « Île-de-France mobilités a pris conscience qu’en supprimant la branche A du RER à Poissy, à ce moment-là elle viendrait renforcer la ligne L », confirme aussi l’élu d’une arrivée de la ligne L à Poissy.

« On défend l’idée qu’il reste la branche A du RER à Poissy, mais on est ouvert à la discussion » poursuit le vice-président de la communauté urbaine, évoquant « un bras de fer entre l’Est de notre territoire et […] Cergy-Pontoise ». Les associations d’usagers de la branche Cergy, eux, réclament plutôt des solutions à court terme pour équilibrer la desserte des deux branches. « On est trois à quatre fois plus nombreux sur Cergy que sur Poissy, on a le même nombre de trains […] il y a déjà un problème », estime Alain Lharidon, membre de l’Association branche de Cergy (ABC).

Chez les élus de vallée de Seine, la proposition ne séduit pas vraiment. « À l’instinct, je ne suis pas forcément favorable au changement de la L3 », commente Marc Honoré (DVD), le maire d’Achères dont la commune est à l’heure actuelle desservie par la branche Cergy du RER A et la ligne L. « La L3 reste pertinente pour aller à Saint-Lazare […] elle intéresse les Conflanais, remarque Laurent Brosse (LR), le maire de Conflans-Sainte-Honorine. Pour nous, ce serait difficile de compenser avec la ligne  J. »

Les élus de Poissy, eux s’étonnent de cette annonce et ne cachent pas leurs réticences. « Nous n’avons aucune information récente […] nous sommes dans l’expectative » commente Patrick Meunier, adjoint au maire de Poissy délégué aux transports. « On se bat pour une meilleure desserte, une meilleure régularité » explique le premier magistrat Karl Olive (LR). Mais si cela devait se faire, il est évident que l’on se battra pour le maintien du RER A. »

Eole : pas de retards de chantier

« C’est un chantier qui avance effectivement au rythme prévu », se réjouit du chantier d’extension à l’Ouest de Paris du RER E Pierre-Yves Dumoulin (LR), vice-président chargé des transports à la communauté urbaine Grand Paris Seine et Oise. Lors d’une réunion avec les associations d’usagers donnée le 15 mars, Valérie Pécresse (LR), présidente du conseil régional, a confirmé que le RER E arriverait bien à Nanterre en 2022 et à Mantes-la-Jolie en décembre 2024. « Les voyageurs auront les premiers effets Eole avant avec notamment des travaux finis en 2019 comme Poissy, les Clairières de ­Verneuil, ­Vernouillet-Verneuil… », indique de son côté la direction du projet Eole.