L’ancien ministre de l’éducation et des Beaux-Arts (sous la IIIe République, Ndlr) Jean Zay est mis à l’honneur dans le spectacle-lecture intitulé L’affaire Jean Zay. Organisé par la compagnie Engrenage Théâtre, l’événement se tient lundi 27 mai à 20 h 30 à la médiathèque. Cette représentation est organisée à l’occasion de la journée nationale de la Résistance et est gratuite.

Durant le spectacle-lecture, deux acteurs vont faire revivre de façon théâtrale sept lettres écrites par Jean Zay durant sa captivité. Dans ces lettres, l’ancien ministre de l’éducation évoque ses conditions humiliantes d’incarcération. « Les descriptions que Jean Zay fait de ses conditions d’internement tout au long de ses écrits, sont un témoignage précis et documentaire sur les conditions de vie et d’emprisonnement de la dictature vichyste », souligne René Albold, le metteur en scène.

« Depuis 1936, il cristallis[ait] toutes les haines antisémites en raison de ses origines juives », indique Hérodote, média en ligne spécialisé dans l’histoire. Emprisonné à Riom (Puy-de-Dôme), Jean Zay a été arrêté dans le port de Casablanca par la police française pour « désertion devant l’ennemi » et est condamné à la déportation à vie. Dans ses lettres, Jean Zay fait le récit de son procès qu’il caractérise comme « une ­parodie ».

La représentation se clôture par la lecture des correspondances de Jean Zay avec sa femme Madeleine. « Puisées dans Écrits de prison, ces lettres permettent aux visiteurs de plonger dans la vie intime du personnage, détaille le communiqué de presse. Ils y découvrent des sentiments enfouis qu’il a ressenti dans les moments les plus intenses de sa solitude. » Pour ajouter de la dramaturgie au récit, la lecture des lettres sera accompagnée d’une musique électro/pop composée par Camille Albold.

Le 20 juin 1944, soit quatre ans après son arrestation, trois miliciens assassinent l’ancien ministre en faisant croire à un transfert et jettent son corps dans un ravin du bois de Molles (Allier). Il sera retrouvé en 1945. Figure emblématique de la IIIe République, Jean Zay a été réhabilité en juillet 1945. Pour assister à la représentation, la médiathèque conseille aux spectateurs de s’inscrire en avance par téléphone au 01 34 97 27 35.

Crédits photo : ISABELLE DANSIN / GABRIEL ALBOLD