« Avec ces travaux, on modernise et augmente la fiabilité du réseau qui subissait avec les aléas climatiques, des coupures », se réjouit le maire Dominique Pierret (SE). Il se montre donc plutôt satisfait de la proposition du gestionnaire du réseau électrique Enedis, d’enfouir d’ici novembre la ligne électrique aérienne située au-dessus des quartiers de la Garenne et de la Pierre levée via le chemin de l’Ecalier, la rue de Saint-Cyr-en-Arthies, et la RD143.

En 2019, Enedis se rapproche de la municipalité pour proposer un projet d’enfouissement des câbles aériens à haute tension. Financé entièrement par l’entreprise, le coût de l’opération est évalué à 350 000 euros. En 2004, des travaux d’enfouissement avaient déjà été engagés. « ERDF (prédécesseur d’Enedis, Ndlr) a enfoui les câbles de basse tension et proposé d’enfouir ceux de haute tension, le devis était trop cher », précise-t-il d’une opération que la municipalité aurait alors dû financer.

« De juin à août, nous creuserons des tranchées de 40 cm de large, 500 m de long sur la rue de Saint-Cyr-en-Arthies. Nous installerons un poste de distribution public à côté du cimetière. » Les câbles seront raccordés en septembre. Deux heures de ­coupure sont prévues pour la sécurité des techniciens chargés du chantier.

Contactant en amont les habitants, Enedis enlèvera le poteau électrique situé rue de Saint-Cyr-en-Arthies en octobre. « La voie de circulation sera rétrécie durant la durée des travaux. À proximité, la limitation de vitesse sera à 30 km/h  » ajoute Mickael Lillo, responsable de l’entreprise sous-traitante chargée de l’enfouissement par Enedis.

Une réunion publique pour rien

Mercredi 15 mai, la mairie de Drocourt a convié à 20 h ses concitoyens à une réunion publique sur le projet d’enfouissement du réseau de câbles haute tension. Mais, à 20 h, aucun habitant n’est présent dans la salle. « Nous avons pourtant communiqué cet événement depuis plusieurs jours sur le site de la mairie », assure le maire Dominique Pierret (SE).

« À travers cette réunion, nous voulions présenter ces travaux et répondre aux interrogations des habitants », ajoute Cédric Pasca, chargé de projets chez Enedis. Après trente minutes d’attente, le maire de Drocourt et deux agents d’Enedis décident de quitter le lieu de la réunion. « Les habitants sont demandeurs de réunions publiques mais ils n’y viennent pas », déplore l’édile.