« Pour le moment nous n’en avons pas, mais je souhaite anticiper la venue de ces petites bêtes que personne n’apprécie vraiment », sourit le maire (SE) de Guernes, Pascal Brusseaux. Il y a quinze jours, dans la newsletter communale, il a appelé les Guernois à proposer leurs idées afin de lutter contre l’invasion de chenilles processionnaires dans les chênes de cette petite commune du Mantois.

« Peut-être que les gens ont chez eux de vieilles recettes, des astuces que l’on ne connaît pas déjà », détaille le maire, qui évoque « un budget serré ». En fin de semaine dernière, deux ­réponses avaient été reçues en mairie, l’usage de mésanges ou le recours à des pièges tout prêts, ce que le maire préférerait éviter. « Je n’ai jamais vraiment réfléchi au prix, mais si on a 100 chênes, ça monte vite », indique-t-il.

Pascal Brusseaux espère avoir le maximum de retours possibles afin de mettre en application ces conseils à la fin du mois de juin. « Nous allons les mettre sur les arbres situés dans des zones à risques, là où vont les enfants, les animaux, sur les lieux de promenades et les aires de jeux », détaille-t-il.