Il est environ 21 h 15 ce dimanche 23 juin. Dans le hall de la mairie, en cette journée d’élections, les premiers résultats tombent, bureau de vote par bureau de vote. Les résultats définitifs semblent surprendre, si ce n’est tout le monde, au moins les quatre candidats visant la mairie vernolitaine, suite à une vague de démissions d’adjoints et conseillers de la majorité, puis de conseillers de l’opposition.

Dans un contexte de très forte abstention, le maire sortant, Pascal Collado (SE), obtient 44,42 % des suffrages exprimés, devançant très largement l’ancienne maire Marie-Hélène Lopez-Jollivet (LREM) qui récolte 24,45 % des suffrages. En troisième position vient ensuite la liste emmenée par Jean-Yves Denis (LR), ancien adjoint aux finances, avec 16,73 % des voix. Jean-Pierre Grenier (SE), président de l’association Bien Vivre à Vernouillet, ferme ce tableau avec 14,39 % des voix.

Les quatre listes ayant obtenu plus de 10 % des suffrages exprimés, toutes sont autorisées à se maintenir au second tour. Cependant, dans un communiqué de presse diffusé ce lundi 24 juin, Jean-Yves Denis annonce le retrait de sa liste au second tour. « Les conditions ne sont pas réunies pour espérer peser véritablement dans les débats et les décisions de ces neuf prochains mois », y est-il indiqué, laissant donc place à une triangulaire.

Aux environs de 17 h 40, le taux de participation au bureau de vote n°1, en mairie « est d’environ 35 % de participation », selon le président du bureau. « Pour une municipale classique ce serait moyen, mais pour une élection anticipée, je ne sais pas […] Je crois même qu’on est en dessous par rapport aux Européennes », détaille-t-il de la situation.

Dans le premier bureau, rapidement, Pascal Collado (DVD) et Marie-Hélène Lopez-Jollivet (LREM) sont parmi les bulletins les plus représentés, avec un avantage pour le maire sortant.

Vingt minutes plus tard, les assesseurs reçoivent des indications sur le taux de participation. « Deux-cent-soixante votants au Parc, c’est très peu », souffle l’un d’entre eux. « L’école de musique a bien marché, 454 votants », note une seconde. « Ici on aimerait bien atteindre les 500 votants », ajoute un autre, alors que 393 votants sont recensés. À 20 h, heure de clôture du scrutin, ils sont 415 à avoir déposé leurs bulletins dans l’urne. Au total, sur les 6 326 votants recensés, 40,17 % d’entre eux ont fait le déplacement jusqu’à leur bureau de vote.

Dans le premier bureau, rapidement, Pascal Collado et Marie-Hélène Lopez-Jollivet sont parmi les bulletins les plus représentés, avec un avantage pour le maire sortant. « C’était un bureau difficile pour lui, ce n’était pas gagné », analyse l’un des assesseurs. Dans le hall, cet avantage au maire sortant se confirme. « Il est irrattrapable », souffle Jean-Pierre Grenier alors que seuls trois bureaux de vote sont dépouillés, Pascal Collado affichant déjà un score de 21 %. Lui recevra quelques félicitations au vu de son score, à ce moment-là de 9,52 %. « Vernouillet a toujours connu l’alternance, en général, les maires sortants ne repassent pas », note un retraité.

« Le score du maire sortant est impressionnant au vu du contexte », souligne Jean-Pierre Grenier une fois les résultats confirmés. Il fait part de sa volonté de « se maintenir, il n’y aura pas d’alliance » et anticipe déjà : « Nous serons aussi présents en 2020. » Sitôt arrivé en mairie, Pascal Collado fait face au tableau d’affichage et le prend en photo, un peu sonné. « Les Vernolitains sont conscients du bilan et du travail qu’il reste à faire », note-t-il.

S’il se dit satisfait, il précise toutefois : « Une élection, on sait si on l’a gagnée ou perdue au lendemain du second tour. » Et prévoit de « rester vigilant » au sein d’un « paysage clivant ». À peine arrivée à l’hôtel de ville, Marie-Hélène Lopez-Jollivet prend connaissance des résultats et confie : « On en aurait préféré d’autres. […] Les Vernolitains ont priorisé la continuité […] Il nous reste du travail à faire. On va analyser tout ça. On va tout ­donner. »

Seuls quelques colistiers et soutiens de Jean-Yves Denis étaient présents en mairie, avant d’en repartir rapidement. L’ancien adjoint aux finances n’avait pas souhaité commenter ces résultats à chaud, mais ce lundi 24 juin, il annonce par communiqué le retrait de sa liste pour le second tour. « Nous tenons à remercier les Vernolitaines et les Vernolitains […], explique-t-il. Par ce choix, ils ont démontré leur attachement au sens noble de la politique qui puise sa force dans la démocratie et se met prioritairement au service du bien commun. » L’équipe ne donne en revanche « aucune consigne de vote » pour ce dimanche 30 juin.