Au départ du Val Fourré, les Gilets jaunes et les syndicats se sont réunis pour une manifestation commune, samedi 15 juin. Entre 200 et 300 personnes aux revendications diverses étaient présentes au départ de la manifestation. Dans le calme, les manifestants se sont arrêtés notamment au lycée Saint-Exupéry et dans le centre-ville de Mantes-la-Jolie, pour des prises de paroles. Au cœur des discussions de l’après-midi : la convergence, la justice sociale et la défense des droits des citoyens.

« Ce sont les Gilets jaunes de Mantes-la-Jolie qui sont allés au devant des organisations syndicales, des associations, pour essayer de créer cette convergence, cette synergie », précise Eric Bezou, délégué syndical Sud rail, de l’idée de convergence des luttes sociales défendue ce jour-là. L’appel à manifester a été signé par des syndicats comme Sud santé, et des associations comme le Collectif de défense des jeunes du Mantois, fondé suite aux interpellations massives ayant au lieu il y a quelques mois devant le lycée Saint-Exupéry.

L’idée de convergence revendiquée ce 15 juin n’est pas nouvelle dans l’esprit des Gilets jaunes. « Le Gilet jaune, il est lui-même déjà convergent, il y a des encartés, il y a des syndicats, il y a des non-syndicats, il y a des militants, des non-militants », explique au passage du cortège Guillaume, l’un des organisateurs de la manifestation. Rallier les syndicats aurait cependant pris un peu de temps, certains Gilets jaunes n’y étant pas favorables. « Ils ne faisaient pas la différence avec les syndiqués qui étaient déjà parmi nous », ­précise-t-il.

« Le but des Gilets jaunes, c’est aussi d’avoir des résultats […] ils ne ­s’obtiendront que si on est tous ensemble dans la lutte, tous ensemble avec ce qui nous rassemble, et non pas ce qui nous divise », rappelle Eric Bezou aux manifestants. Les Gilets jaunes, syndicats et associations se sont réunis autour des sujets de justice sociale, de défense des services publics, de justice fiscale ou encore des causes écologiques.

« Derrière quoi on pouvait rassembler ? Derrière cette idée de citoyenneté et que quelle que soit la cause qu’on défend, la cause commune, c’est les droits citoyens », précise Guillaume. « C’est aussi de communiquer sur qui on est, de rassurer les gens et de rassembler, puisqu’il n’y a que le nombre qui pèse », souligne-t-il de l’importance de ces ­manifestations.