Après plusieurs mois de concertation sur le projet cœur de ville, les Mantais ont pu découvrir lundi 24 juin, les résultats du questionnaire qu’ils avaient rempli au préalable. L’idée de développer l’attractivité et les animations dans le centre-ville sont au cœur des discussions, mais certains habitants s’inquiètent déjà face aux nuisances qui pourraient en découler. La mairie cherche ainsi des solutions pour animer le centre-ville sans créer de ­nuisances ­supplémentaires.

Pour le maire, Raphaël Cognet (LR), l’animation doit être au cœur de ce projet :« Animer d’avantages le centre-ville et susciter la curiosité, ça, c’est une demande récurrente, c’est-à-dire que les gens nous disent « on veut qu’il se passe des choses ». » Une ­affirmation confirmée par le résultat du ­questionnaire.

« Les points non-satisfaisants donc à améliorer, […] c’est l’animation générale du centre-ville », explique un fonctionnaire de mairie de l’avis des habitants. Sur les 520 personnes ayant répondu au questionnaire, 26 % réclament donc des « terrasses animées » et 20 % « davantage d’animations et de convivialité ». Du côté des commerçants, « ils sont quasiment tous prêts à dire que c’est un vrai élément levier pour l’attractivité du ­centre-ville », précise le ­fonctionnaire.

Mais dans l’assistance, les habitants du centre-ville s’inquiètent des animations que pourraient mettre en place les commerçants. « La place Saint-Maclou devient un énorme parking où les gens finissent leur soirée, raconte une habitante. Ça dure plusieurs heures, de 10 h du soir à deux heures du matin ».

D’événements comme la fête de la musique, la riveraine ajoute : « Ce n’est pas gérable, parce qu’on a les vitres qui vibrent […] ce n’est pas possible. » La réponse du maire est claire : « La fête de la musique, c’est l’événement annuel où tout le monde fait la fête jusqu’au bout de la nuit […] Je manque de possibilité à part de dire à 23 h, tout le monde se tait mais à ce moment là je n’aurais plus personne dans Mantes. »

« Est-ce-que vous envisagez d’autres types d’animations qui éviteraient de se tourner vers ça ? », questionne un habitant. « Une des pistes pourrait être que la ville aide les bars à s’insonoriser », tente de rassurer l’édile des nuisances citées par les habitants de la place Saint-Maclou. « Il en faut un peu pour tout le monde [des ­animations], il faut de toute façon qu’on puisse les faire bouger en centre-ville pour qu’elles ne gênent pas toujours les mêmes personnes », explique Raphaël Cognet.

Plusieurs pistes sont alors évoquées. « Il y a des lieux où on ne fait jamais d’animations, où on pourrait en faire », précise le maire citant par exemple la place de l’hôtel de ville, les halles du marché couvert ou encore le square Brieussel. « On a aussi le théâtre de verdure », répond alors une habitante.

« Le théâtre de verdure est un lieu où on peut faire plus de choses, on est complètement d’accord », confirme le maire. La mairie voulait y installer au début de l’été une guinguette : « L’idée, c’était un truc un peu familial la journée […] puis plus tourné vers les adultes le soir avec effectivement un peu de musique. »

Repoussée, faute de projets intéressants proposés avant, la guinguette ouvrira finalement vendredi 13 septembre. « Sans nuisances, il faut faire attention parce qu’en fait la Seine conduit le bruit, souligne tout de même l’édile, et donc vous pouvez vous retrouver avec de grosses nuisances côté collégiale, mais ceci dit, il faut qu’on équilibre. »