Terrain de foot, boulodrome, espace d’éco-pâturage, aires de jeux, lundi 9 septembre, Michel Lebouc (DVG), maire de Magnanville a inauguré le nouveau pôle sportif et familial Julien Lauprêtre situé entre le collège George Sand et l’école des Marronniers, place Mendès France. Au cœur de ce nouvel espace, un city stade avec pistes d’athlétisme, des paniers de basket et un espace de street workout autrement dit un espace ­d’entraînement de rue.

« Ce city stade, ce parcours santé et les autres équipements de cet espace Julien Lauprêtre permettent un accès au sport gratuit, ouvert à tous », se réjouit Michel Lebouc. « Nous avons remplacé l’ancien terrain de football en stabilisé par un terrain synthétique […] il y a aussi des tables de jeux de dernières générations, tennis de table et teqball », détaille-t-il des ­équipements ­supplémentaires.

Quatre boulodromes ont été installés ainsi qu’une aire de jeux pour enfants, des aires de pique-nique et un lieu d’éco-pâturage avec des moutons de Ouessant géré notamment par les élèves du lycée agricole de Magnanville. « Notre espace n’est pas seulement à vocation sportive, nous l’avons pensé comme un lieu propice au lien social », précise le maire. « Nous l’avons pensé pour les élèves des établissements de la ville, les membres des associations, les jeunes, les familles, les aînés », ajoute-t-il.

« Autour du city stade, on trouve une piste d’athlétisme à deux couloirs de deux cents mètres, souligne Michel Lebouc. C’était un besoin de nos collégiens en particulier et je suis heureux que nous ayons pu y répondre ». Le city stade a été construit par la société Concept Sport, dont l’un des fondateurs, Sébastien Chabal, ancien rugbyman français, était ­présent pour l’inauguration.

En tout, le projet de ce nouveau pôle familial, sportif et ludique aura coûté 1,8 million d’euros. Un projet « subventionné à hauteur de 32 % » notamment par le Département et la Région. Dans la continuité de ce pôle, la construction de la nouvelle bibliothèque/médiathèque se poursuit. Malgré quelques mois de retard dans les travaux, le maire annonçait en conférence de presse jeudi 27 juin, que la bibliothèque serait prête au printemps 2020.