Au cours du prochain trimestre, les trafics de la ligne J et du RER A vont être fortement impactés par de nombreuses périodes de travaux. Depuis plusieurs années déjà, des interruptions de trafic le soir et le week-end sont organisées pour permettre aux équipes d’intervenir sur les voies, mais la cadence risque de s’accélérer dans les prochains mois.

Ces travaux ne sont pas seulement prévus pour préparer l’arrivée du RER E à Mantes-la-Jolie (projet Eole, prolongement du RER E vers l’Ouest, Ndlr) mais aussi pour moderniser la ligne jugée vétuste par de nombreux élus et usagers. Un mal nécessaire pour les responsables de la SNCF, d’Île-de-France Mobilités et les élus qui pourraient tout de même perturber le quotidien de certains voyageurs en attente ­d’améliorations concrètes.

« Il faut quand même avoir en tête qu’on va connaître des années [difficiles], en particulier avec les travaux d’Eole […] avec des travaux comme on a jamais connu depuis des années », explique Alain Krakovitch, directeur général SNCF Transilien lors du petit-déjeuner de rentrée de la ligne J organisé à Mantes-la-Jolie en présence d’élus yvelinois vendredi 6 septembre.

Disponible sur le site internet de la ligne J, le calendrier de prévision des travaux pour l’année 2019-2020 annonce des interruptions de trafic notamment le soir entre le 1er décembre et le 1er avril à partir de 21 h 45 entre Paris et Mantes-la-Jolie via Poissy. Le trafic sera également interrompu certains week-ends comme celui du 28 septembre ou du 12 octobre.

Le week-end prolongé du 1er novembre, période de vacances scolaires, la ligne J, la ligne L et le RER A seront interrompus dans les deux sens. Sur le RER A, les trains devraient être supprimés entre le 21 octobre et le 22 novembre sur tout le tronçon entre Nanterre-Préfecture et Cergy le Haut-Poissy. Des périodes durant lesquelles les déplacements vers Paris ou au sein même du département seront donc difficiles.

Pour le prochain trimestre, le site internet de la ligne J détaille également les week-ends d’interruption du trafic sur la ligne J6 notamment les week-ends du 28 septembre ou du 12 octobre.

« Ce n’est que l’apéritif parce que plus on va se rapprocher [de l’arrivée d’Eole], plus il y aura des interruptions […] on rentre dans le gros des travaux », commente Pierre-Yves Dumoulin (LR), vice-président de la communauté urbaine Grand Paris Seine et Oise (GPSEO) en charge des transports (et maire de Rosny-sur-Seine, Ndlr) quelques jours après le petit-­déjeuner de ligne.

« On se figure toujours qu’Eole, c’est le tunnel entre Saint-Lazare et La Défense. En fait, c’est beaucoup plus que ça, c’est vraiment toute la ligne jusqu’à Mantes, précise Alain Krakovitch de la raison principale des travaux. C’est aussi une régénération, […] globalement, c’est une ligne qui était très très ancienne […] il y a des travaux qui vont être considérables. »

« Tout notre boulot avec la Région, c’est de faire en sorte qu’on limite au maximum les nuisances », précise Raphaël Cognet (LR), maire de Mantes-la-Jolie. « Pour l’instant, je dois dire qu’en tant que vice-président ou même comme maire, je n’ai pas eu beaucoup de remontées d’usagers mécontents du service mis en place par la SNCF et des dates et jours de travaux », rassure Pierre-Yves Dumoulin.

« Ca va être très difficile mais c’est indispensable, insiste Alain Krakovitch lors du petit-déjeuner. On le voit nous sur l’ensemble des autres lignes, du fait qu’on a fait les travaux, on a moins de dérangements ».

Les conditions de transports des usagers pourraient également être améliorées grâce à un plan de déploiement de nouveaux trains, les NATE aussi appelés Franciliens. « Sept rames, elles arrivent, elles seront déployées fin septembre explique Valérie Pécresse (Libres), présidente d’Île-de-France mobilités (organe satellite de la Région en charge des transports) du début des déploiements sur la ligne J5. […] En novembre 2020 vous n’aurez que des NATE sur Mantes-la-Jolie ». Pour la ligne J6, l’arrivée du RER E marquera la fin du remplacement des rames.

Selon la présidente d’Île-de-France mobilités, « les Franciliens, objectivement ils changent la vie des usagers […] c’est complètement différent de rentrer dans un train qui est neuf, qui est confortable, […] ça apaise tout de suite ». La ponctualité devrait également s’améliorer :« un train neuf ça tombe beaucoup moins en panne et il y a beaucoup moins de maintenance » conclut-elle.

« Au moins, les travaux c’est la promesse que ça aille peut être mieux demain », fait remarquer Pierre-Yves Dumoulin. « Tant que les travaux ne seront pas finis, […], je suis un peu dubitatif sur les performances de cette ligne mais bon je demande à être ­convaincu » ­ajoute-t-il.