Groupes scolaires et visiteurs peuvent de nouveau profiter de la piscine de l’Aqualude après plus d’un an de travaux. Alors qu’elle devait ouvrir le mercredi 18 septembre, l’ouverture avait été une nouvelle fois repoussée au lundi 23 septembre le temps de dernières vérifications, du nettoyage et du remplissage des bassins. Une situation qui a agacé les élus mantais et de la communauté urbaine Grand Paris Seine et Oise (GPSEO) venus découvrir la ­piscine rénovée jeudi 19 septembre.

« Il faut que lundi ce soit ouvert et qu’il y ait du public et vous faîtes comme vous voulez, ce n’est pas mon problème », s’agace Philippe Tautou (LR), président de la communauté urbaine GPSEO, en arrivant à l’Aqualude après avoir dû repousser son ouverture de quelques jours. « C’est une vraie colère parce que je trouve qu’on se moque des usagers, ce n’est pas acceptable au bout d’un an qu’on reporte encore, encore, pour des raisons purement de gestion. Ce n’est pas justifié », ajoute-t-il.

« Il y a eu des expertises en référé c’est-à-dire en urgence, il y avait encore quelques défauts d’étanchéité donc du coup la décision qui a été prise un peu obligatoire c’était de dire, bon on prend une semaine de plus », explique Raphaël Cognet (LR), maire de Mantes-la-Jolie du retard ­d’ouverture.

« Il faut que lundi ce soit ouvert et qu’il y ait du public et vous faîtes comme vous voulez, ce n’est pas mon problème », s’agace Philippe Tautou (LR), président de la communauté urbaine GPSEO.

« Un an de travaux ça paraît à la population quand même très long donc on justifie ça par le fait que, ­absolument tout à été refait, donc là on a une piscine qui est neuve ? » demande aux ­responsables des travaux l’édile recevant une réponse favorable. Les bassins, la pataugeoire et le toboggan ont été rénovés, le carrelage, les éclairages et les fenêtres ont été changés durant les travaux. La quasi-totalité de l’équipement est donc désormais comme neuf pour accueillir les ­visiteurs.

Ouverte en 2011 par la communauté d’agglomération de Mantes-en-Yvelines (Camy), la piscine Aqualude a connu des problèmes dans la pose du carrelage au fond des bassins qui avaient obligé la communauté urbaine à entamer des travaux d’envergure pour plus d’1,4 million d’euros en 2018. « On doit être remboursé, l’expert a estimé que c’était autour de 600 000 euros » explique Philippe Tautou de la ­garantie dommage ouvrage.