Samedi 28 septembre, quatre membres de Triel autrement se sont réunis au café Le Fontenoy pour lancer leur campagne pour les municipales de 2020. Pour l’instant, le collectif réunit une quarantaine de personnes, Triellois et Trielloises. « L’idée c’est vraiment de construire avec un maximum de personnes », explique Yvon Rosconval, ­animateur de Triel autrement.

« Parmi ces quarante personnes, il y a peu de personnes qui étaient engagées en politique depuis de nombreuses années à Triel », précise-t-il. « Le projet doit être l’occasion de fédérer une équipe qui partagera la même vision, qui partagera les mêmes ambitions et qui aura appris à travailler ensemble », détaille Sophie Kerignard, ancienne coordinatrice urbaniste de l’association Triel environnement.

Triel autrement devrait dévoiler sa liste au début de l’année 2020, après avoir choisi un ou une tête de liste. Du programme, peu de détails pour l’instant, mais les quatre membres veulent « faire le mieux pour la ville ». Pour Yvon Rosconval, Triel-sur-Seine « c’est une ville qui doit être défendue et ça veut dire qu’aujourd’hui si on doit la défendre, il faut avoir un vrai ­projet ».