Le 18 septembre dernier, une vingtaine de personnes, militants de gauche ou associatifs se sont retrouvés à Mantes-la-Ville afin d’évoquer la privatisation d’Aéroports de Paris (ADP), souhaitée par le gouvernement. Une proposition de loi pour la tenue d’un référendum d’initiative partagée a été déposée par les députés de l’opposition. Pour que ce référendum se tienne, un million de signatures de soutien doivent être enregistrées d’ici le 12 mars 2020, par internet ou dans les mairies retenues. Un rassemblement est organisé ce samedi 12 octobre à 10 h devant la mairie de ­Mantes-la-Jolie.

Ce 18 septembre dans le Mantois 750 signatures avaient été enregistrées, contre 750 000 au niveau national. « On est très en retard », note Pierre Sztulman, premier secrétaire fédéral adjoint du Parti socialiste. Vient alors une question sur la manière de faire passer l’information auprès du public. « Au marché les gens en ont marre du tractage », relève un militant. « J’ai eu des refus avant même de savoir de quoi il s’agissait », complète un autre. « Il faudrait amener un ordinateur car il faut s’inscrire en ligne », propose un autre, de la logistique à mettre en place.