« Six ans, c’est court pour un mandat », note le maire sortant DVG Michel Lebouc jeudi 17 octobre lors de la conférence de presse de lancement de sa campagne. Des raisons de sa candidature pour un second mandat, il précise : « Je veux transformer l’essai de tout ce que l’on a travaillé ensemble […]. Il faut aller plus loin et je pense que deux mandats permettent de réaliser beaucoup de choses. »

Plus loin notamment en termes d’infrastructures scolaires. « On a déjà commencé à le faire, on va construire un nouveau dortoir dans l’école des Marronniers, […] et un agrandissement, explique-t-il de son bilan et de son futur programme. Il y a besoin d’écoles, il y a besoin de classes supplémentaires, ça ce sera vraiment un point fort. »

« Une classe dans un nouveau groupe scolaire c’est 600 000 euros donc un groupe scolaire, 10 classes, c’est un billet entre sept et dix millions d’euros » précise-t-il des coûts pour ces opérations parlant d’un travail « projet-budget » à faire en amont. Le maire veut « construire la ville de demain » abordant notamment le projet d’entrée de ville au niveau de la friche commerciale But dont les travaux de démolition devraient commencer avant la fin de l’année.